2 min de lecture Liban

Michel Aoun : qui est le nouveau président du Liban ?

PORTRAIT - À 81 ans, l'ex-général chrétien a été élu président du Liban par un vote du Parlement. Le pays n'avait plus de chef d'État depuis mai 2014.

Michel Aoun, élu président du Liban, le 31 octobre 2016
Michel Aoun, élu président du Liban, le 31 octobre 2016 Crédit : PATRICK BAZ / AFP
JulienAbsalon1
Julien Absalon
et AFP

Son élection met un terme à 29 mois de vacance de la fonction présidentielle. Le Liban, qui n'avait plus de chef d'État depuis mai 2014 à cause de profondes divergences au sein de sa classe politique, a fini par élire un nouveau leader : Michel Aoun. Cet ancien général, âgé de 81 ans, a été élu président lundi 31 octobre par un vote du Parlement, qui s'est prononcé à 83 voix pour sur les 127 députés présents. Son mandat, d'une durée de six ans non-renouvelable, lui permet de devenir le treizième président du pays depuis l'indépendance du 22 novembre 1943. "Je jure devant Dieu que je respecterai la Constitution et ses lois et que je préserverai l'indépendance de la nation libanaise et la paix sur sa terre", a déclaré Michel Aoun devant les parlementaires.

L'élection de ce haut-gradé chrétien a été saluée par l'Iran, soutien indéfectible du puissant mouvement chiite Hezbollah. "Il s'agit d'un pas important pour enraciner la démocratie et assurer la stabilité du Liban", a déclaré un porte-parole de la diplomatie iranienne qui se réjouit de cette "coexistence des différentes religions" dans cette région du monde sinistrée par les conflits.

Un retour en grande pompe

C'est en quelque sorte un retour aux affaires pour Michel Aoun. Autrefois en première ligne contre le voisin syrien, cet ancien chef de l'armée avait accédé au pouvoir libanais en 1988, soit dans les dernières années de la guerre civile qui aura fait des dizaines de milliers de morts en quinze ans (1975-1990). Propulsé chef d'un gouvernement militaire pendant deux ans, il lance sans succès "la guerre de libération" contre l'armée syrienne présente au Liban depuis 1976, puis tente en vain de désarmer les Forces libanaises. Ces affrontements sont un désastre.

À lire aussi
Les rues du Caire, en Égypte justice
Égypte : 8 ans de prison pour une Libanaise qui dénoncait le harcèlement sexuel

En octobre 1990, Michel Aoun finit par être évincé de force du palais présidentiel de Baabda par l'armée syrienne. Il est alors contraint de s'exiler à Paris. Il fonde alors le "Courant patriotique libre" contre la Syrie. Lorsqu'il rentre au Liban en mai 2005, peu après l'assassinat du premier ministre Rafic Hariri et le retrait des troupes syriennes, il réalise dans la foulée un coup d'éclat aux élections législatives en remportant quelques sièges.

Le paradoxe syrien

Mais le nouveau positionnement politique de Michel Aoun a de quoi surprendre. Après avoir consacré une partie de sa vie à honnir Damas, il s'est rapproché du Hezbollah, qui soutient ouvertement Bachar Al-Assad. Et dans le même temps, il a su s'attirer les faveurs de deux adversaires politiques : le chef chrétien des Forces libanaises (FL) Samir Geagea et l'ex-premier ministre sunnite Saad Hariri, tous deux hostiles au Hezbollah et au régime syrien. Et peu après la proclamation de son élection, la Syrie n'a pas manqué d'exulter. "C'est le triomphe de la résistance, de la Syrie et de ses alliés. C'est le triomphe de Michel Aoun. C'est la victoire pour l'option nationale", a écrit le quotidien proche du pouvoir syrien.

Si le neveu de Michel Aoun le décrit comme un homme "patient, têtu et persévérant", ses détracteurs y voient un opportuniste qui dénonce le népotisme alors même qu'il a fait nommer ministre son gendre et qu'il a tenté en vain de placer son second gendre à la tête de l'armée.

Fraîchement élu, le nouveau président a néanmoins affiché son désir de se distancier de la guerre en Syrie : "Le Liban est épargné jusqu'à présent par les incendies qui consument la région, et notre priorité est d'empêcher qu'une étincelle atteigne [le Liban]. Il est donc nécessaire d'éloigner le Liban des conflits régionaux".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Liban Moyen-orient Proche-orient
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785532419
Michel Aoun : qui est le nouveau président du Liban ?
Michel Aoun : qui est le nouveau président du Liban ?
PORTRAIT - À 81 ans, l'ex-général chrétien a été élu président du Liban par un vote du Parlement. Le pays n'avait plus de chef d'État depuis mai 2014.
https://www.rtl.fr/actu/international/michel-aoun-qui-est-le-nouveau-president-du-liban-7785532419
2016-10-31 15:16:30
https://cdn-media.rtl.fr/cache/TPRqmdS1UbwH4aWse5toVA/330v220-2/online/image/2016/1031/7785533476_michel-aoun-elu-president-du-liban-le-31-octobre-2016.jpg