2 min de lecture Afrique

Madagascar : une grand-mère pêcheuse de crevettes devient ingénieure solaire

PORTRAIT - Yollande Randrianambinina a pris l'avion et quitté Madagascar à plus de 50 ans pour apprendre les bases de l'énergie solaire et apporter la lumière dans son village.

Yollande Randrianambinina (à droite), 53 ans, est devenue ingénieure solaire sur le tard
Yollande Randrianambinina (à droite), 53 ans, est devenue ingénieure solaire sur le tard Crédit : LAURE FILLON / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
et AFP

Elle est la lumière du petit hameau malgache d'Ambakivao. À 53 ans, Yollande Randrianambinina, qui n'avait jamais pris l'avion ni quitté Madagascar, est partie six mois en Inde pour apprendre les bases de l'énergie solaire, et amener l'éclairage photovoltaïque dans son village isolé. Senior dans un pays où l'espérance de vie est de 65 ans, Yollande Randrianambinina fait partie des quatre femmes du village à entretenir et réparer les panneaux solaires.

Cette ancienne épicière s'est installée 15 ans plus tôt dans le village Ambakivao, désireuse d'améliorer son quotidien en vivant de la pêche. Depuis, elle a cessé de récolter les petites crevettes qui servent d'appât, lors des virées de son mari sur le fleuve Tsiribihina. Une semaine par mois, elle cesse de réparer les filets de pêche et officie à l'atelier de réparation de l'installation solaire.

Le regard concentré derrière ses fines lunettes, Yollande Randrianambinina teste un régulateur pour détecter une éventuelle défaillance. Il y a encore deux ans, comme ses voisins, elle s'éclairait à la lampe à pétrole. "Mes enfants avaient des problèmes respiratoires", explique-t-elle, évoquant également le coût considérable de l'éclairage (plus de 15.000 ariarys - 4 euros par mois) dans un pays où le revenu mensuel moyen est d'environ 300.000 ariarys (78 euros).

"Il faut envoyer grand-mère"

Quand l'organisation WWF demande en 2016 aux villageois ce dont ils manquent le plus, la réponse est unanime : "la lumière". L'ONG les inclut alors dans un programme développé par Barefoot college. Cette ONG indienne forme pendant six mois des villageoises venues d'Asie, d'Afrique ou d'Amérique latine - essentiellement des grands-mères peu éduquées voire illettrées - à installer et entretenir des petits systèmes photovoltaïques permettant d'alimenter des lampes ou un chargeur de téléphone. Yollande se porte volontaire.

À lire aussi
Une partie de la Terre (illustration) population
Population mondiale : comment va-t-elle évoluer d'ici la fin du siècle ?

"Toute ma famille a dit 'il faut envoyer grand-mère'", se souvient-elle dans un sourire. En Inde, la quinquagénaire apprend à identifier les composants électroniques via les formes et les couleurs pour ensuite assembler et réparer les systèmes photovoltaïques. Pour elle, c'est une révélation. "Je pensais que seuls les hommes étaient destinés à avoir du travail et du talent, mais pendant la formation, j'ai réalisé que les femmes sont très capables", raconte la grand-mère malgache.

La sécurité retrouvée

À Ambakivao, tout n'est pas encore parfait autour de l'énergie solaire : certains détournent les installations de leur usage, pour visionner par exemple des DVD, quand d'autres peinent à payer leur cotisation mensuelle, de 3.000 ariarys (0,77 euro) à 10.000 (2,60 euros). 

Mais préparer les poissons à la nuit tombée est devenu plus facile. La sécurité, elle aussi, est revenue dans le petit village qui était en proie, jusqu'à l'arrivée de la lumière, à des attaques de voleurs. À Ambakivao, le calme est revenu et la modernité s'installe, mora mora*. Et Yollande et ses trois collègues y sont pour beaucoup.

*"doucement", en malgache

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Afrique Madagascar Ingénieur
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793679813
Madagascar : une grand-mère pêcheuse de crevettes devient ingénieure solaire
Madagascar : une grand-mère pêcheuse de crevettes devient ingénieure solaire
PORTRAIT - Yollande Randrianambinina a pris l'avion et quitté Madagascar à plus de 50 ans pour apprendre les bases de l'énergie solaire et apporter la lumière dans son village.
https://www.rtl.fr/actu/international/madagascar-une-grand-mere-pecheuse-de-crevettes-devient-ingenieure-solaire-7793679813
2018-06-08 13:04:02
https://cdn-media.rtl.fr/cache/RKRDOktvWO6VPPZAQGka5A/330v220-2/online/image/2018/0608/7793679853_yollande-randrianambinina-a-droite-53-ans-est-devenue-ingenieure-solaire-sur-le-tard.jpg