3 min de lecture Londres

Londres : la religion de Sadiq Khan n'est pas la seule chose à savoir sur le nouveau maire

PORTRAIT - Le nouveau maire de Londres, fraîchement élu vendredi 6 mai, est le premier maire musulman de la capitale anglaise, mais ne peut être réduit à sa religion.

À Londres, Sadiq Khan a mené la course assez confortablement dans les sondages
À Londres, Sadiq Khan a mené la course assez confortablement dans les sondages Crédit : AFP / Ben Stansall
JamesAbbott1234
James Abbott

Il était le favori, et il l'a fait. Sadiq Khan a été élu maire de Londres vendredi 6 mai et va ainsi diriger la capitale britannique pour les quatre prochaines années. Durant une campagne âpre et parfois nauséabonde, ce fils d'immigré pakistanais a été caricaturé et attaqué par son adversaire, le conservateur et fils de milliardaire Zac Goldsmith, sur sa religion. Car Sadiq Khan, 45 ans, est musulman, et il est ainsi devenu le premier maire musulman d'une grande capitale du monde occidental.

Ceci a attiré la curiosité des médias du monde entier, mais le député de Tooting, un quartier populaire du sud de Londres où il a grandi dans une cité HLM, ne peut se résumer à cet aspect de sa vie privée. S'il n'hésite jamais à revendiquer sa fierté d'être un fils d'immigré, il s'est surtout appuyé tout le long de sa campagne sur le sujet de "l'ascenseur social", dont il a pu bénéficier et dont il estime qu'il doit être relancé aujourd'hui.

Issu de la classe populaire et engagé en politique très tôt

Ville cosmopolite par excellence, dotée d'une grande diversité ethnique, Londres a plébiscité un des siens. Sadiq Khan est le cinquième d'une fratrie de huit enfants, avec un père chauffeur de bus dans les rues de la capitale durant 25 ans, et une mère costumière. Après une filière scientifique pour l'équivalant du baccalauréat anglais, il s'est lancé dans de fructueuses études de droit.

À lire aussi
Un employé sortant des égouts de Londres (illustration) Angleterre
Londres : un gigantesque iceberg de béton découvert dans les égouts

Khan s'est également engagé très tôt en politique, dès l'âge de 15 ans, et a gravi les échelons de la politique anglaise jusqu'à devenir ministre des transports pour Gordon Brown (travailliste) en 2009. Il a ainsi mis de côté sa carrière d'avocat dans le domaine des droits de l'Homme dès 2005 pour se consacrer entièrement à sa carrière politique, dans laquelle il donne une image d'élu proche du peuple.

Une réponse calme aux attaques sur sa confession

Zac Goldsmith, 41 ans, rival conservateur de Sadiq Khan, a notamment accusé l'ancien avocat d'avoir fréquenté des extrémistes islamistes. Des attaques qui ont même été relayées par le Premier ministre David Cameron. Le chef d'État britannique a notamment expliqué qu'avec Goldsmith, Londres serait "protégée" de potentielles attaques terroristes, insinuant qu'avec Khan, ce ne serait pas le cas.

Khan n'a jamais véritablement contre-attaqué, gardant le cap de ses projets de campagne. Les excès du parti conservateur sur cette question ont peut-être même suffi à choquer l'opinion publique. Le candidat Goldsmith a en effet publié une tribune incendiaire, illustrée par une photo des attaques terroristes de 2005, demandant au Londoniens s'ils avaient envie de laisser la ville "entre les mains des travaillistes qui pensent que les terroristes sont leurs amis". Ce qui avait même embarrassé certaines personnalités du camp conservateur.

"Notre triste et ambiguë campagne nous a coûté la mairie de Londres, notre réputation et notre crédibilité sur les questions de racisme et de religion", a par exemple taclé Sayeeda Warsi, ancienne ministre conservatrice des Affaires étrangères (2012-2014).

Les 4 priorités pour Londres de ce candidat pro-européen

Avec environ 225.000 ressortissants français qui y vivent, Londres serait une des plus grandes villes de France. Pour l'ensemble des 8,6 millions d'habitants de la capitale britannique, Sadiq Khan a 4 priorités. S'occuper de la crise du logement avec un prix des loyers qui s'est envolé lors de ces vingt dernières années.

Pour résoudre cela, il a annoncé durant la campagne qu'il souhaitait construire de nouveaux logements où les habitants de la ville seraient prioritaires pour y postuler. Il compte également geler le prix des transports en commun londoniens, relancer le marché du travail, et réduire la pollution en plantant notamment 2 millions d'arbres d'ici 2020, où encore rendre piétonne la fameuse Oxford Street, une des artères les plus populaires de la capitale anglaise.

Lire la suite
Londres Politique Religions
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783125030
Londres : la religion de Sadiq Khan n'est pas la seule chose à savoir sur le nouveau maire
Londres : la religion de Sadiq Khan n'est pas la seule chose à savoir sur le nouveau maire
PORTRAIT - Le nouveau maire de Londres, fraîchement élu vendredi 6 mai, est le premier maire musulman de la capitale anglaise, mais ne peut être réduit à sa religion.
https://www.rtl.fr/actu/international/londres-la-religion-de-sadiq-khan-n-est-pas-la-seule-chose-a-savoir-sur-le-nouveau-maire-7783125030
2016-05-06 21:23:30
https://cdn-media.rtl.fr/cache/1e40eC7S41Xb6Uhj3ISJIw/330v220-2/online/image/2016/0504/7783098886_londres-sadiq-khan-mene-la-course-assez-confortablement-dans-les-sondages.jpg