1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. La soeur de Kim Jong-Un menace d’employer l’arme nucléaire contre la Corée du Sud
2 min de lecture

La soeur de Kim Jong-Un menace d’employer l’arme nucléaire contre la Corée du Sud

Alors que la Corée du Sud estime qu'une "attaque préventive" sur le Nord serait "viable", la sœur du dictateur de Pyongyang a menacé de "détruire" l'armée son rival.

Kim Yo Jong, la soeur de Kim Jong Un, lors d'une cérémonie au Vietnam en 2019.
Kim Yo Jong, la soeur de Kim Jong Un, lors d'une cérémonie au Vietnam en 2019.
Crédit : JORGE SILVA / POOL / AFP
Benoît Leroy & AFP

La menace est là, claire et franche. La Corée du Nord fera usage de l'arme nucléaire pour "éliminer" l'armée sud-coréenne si celle-ci lance une attaque préventive, a assuré ce mardi 5 avril, la sœur influente du dirigeant Kim Jong Un, Kim Yo Jong. Des propos qui sonnent comme un nouvel avertissement alors que le sud de la péninsule coréenne avait assuré être en capacité de "frapper précisément et rapidement n'importe quelle cible en Corée du Nord", selon le ministre de la Défense.

En réponse, Kim Yo Jung a déclaré ce mardi que c'était une "très grosse erreur" pour ce "fou" de Suh Wook d'avoir discuté d'une attaque préventive contre une puissance nucléaire, selon l'agence de presse nord-coréenne KCNA. "Si la Corée du Sud opte pour une confrontation militaire avec nous, notre force de combat nucléaire devra inévitablement remplir sa mission", a-t-elle poursuivi Kim Yo Jong.

L'équipe de transition du nouveau président Yoon Suk-yeol a assuré, de son côté que l'option d'une frappe préventive n'était pas exclue, si nécessaire. "Les frappes préventives sont une des actions qui sont acceptées dans le monde entier, y compris à l'ONU, comme option viable (...) lorsqu'une menace persiste", a déclaré mardi à la presse le porte-parole Kim Eun-hye.

Un regain de tension en pleine transition politique

Cette conseillère politique clé à Pyongyang a rappelé que la "mission première" des forces nucléaires de son pays était de servir de moyen de dissuasion, mais que si un conflit armé devait éclater, ces armes seraient utilisées pour "éliminer les forces armées de l'ennemi lors d'une frappe". 

À lire aussi

En cas d'"attaque épouvantable", les forces sud-coréennes connaîtraient un "destin misérable qui n'est rien d'autre que la destruction totale et la ruine", a-t-elle avancé également. 

Alors qu'un nouveau président, Yoon Suk-yeol, doit être investi dans les prochaines semaines, les tensions entre les deux pays pourraient bien repartir de plus belle. Ces dernières années, le Sud avait fait le choix d'une politique de dialogue avec le Nord. Mais pour le président élu Yoon Suk-yeol, qui prendra ses fonctions en mai, cette approche "servile" a été un échec patent, et il a promis d'adopter une ligne dure à l'égard de Pyongyang.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.