1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. La Chine demande à un site d'informations d'améliorer sa censure
2 min de lecture

La Chine demande à un site d'informations d'améliorer sa censure

Le gouvernement chinois a demandé au site d'informations Sina de revoir sa politique de censure de ses contenus, sous peine de fermeture.

La rédaction de Sina Weibo en Chine
La rédaction de Sina Weibo en Chine
La rédaction numérique de RTL & AFP

Le gouvernement chinois a menacé Sina de fermeture si le site d'informations, l'un des plus importants du pays, ne censurait pas davantage ses contenus, a rapporté la presse officielle. Il est rare en Chine que les actes de censure subis par les médias soient rendus publics.

Sina "déforme les informations, viole la morale et se livre au battage médiatique", a accusé le régulateur chinois de l'internet, l'Administration du cyberespace de Chine (ACC), selon l'agence Chine Nouvelle. L'ACC va punir "sévèrement" le site d'informations, a ajouté l'agence samedi, citant l'éventualité d'une "fermeture totale de son service d'informations sur internet". 

La censure publique est rare

"La censure des comptes utilisateurs s'est révélée de piètre qualité", a ajouté Chine Nouvelle. Il s'agit vraisemblablement d'une référence à Sina Weibo, premier service de microblogging de la Chine qui compte des centaines de millions d'usagers. Chine Nouvelle ne précise pas quelles informations ont déplu aux censeurs, se bornant à expliquer que les autorités accusent le site de diffuser "des informations illégales portant sur des rumeurs, des faits de violence et de terrorisme" et de faire "la promotion de l'hérésie". 

Le terme "hérésie" est utilisé par les autorités chinoises pour désigner les activités de groupements religieux interdits comme le Falun Gong. En général, la censure s'exerce en Chine en secret, les médias recevant de discrètes directives sur la manière de traiter les informations. Les journalistes qui désobéissent aux ordres ou rendent ceux-ci publics peuvent être punis

La censure renforcée

À écouter aussi

La censure s'est renforcée depuis l'arrivée au pouvoir du président Xi Jinping. Dans le classement mondial de la liberté de la presse établi par l'association française Reporters sans frontières, la Chine arrivait en 2014 à la 175e place sur 180

Le Parti communiste chinois (PCC) s'emploie à museler l'internet, qui a été ces dernières années une puissante caisse de résonance des critiques du régime. Depuis septembre, les internautes chinois risquent jusqu'à trois ans de prison pour des messages jugés diffamatoires publiés plus de 500 fois ou consultés plus de 5.000 fois. 

D'après le cabinet Alexa, Sina est le quatrième site le plus consulté de Chine. Ni Sina ni l'ACC n'étaient joignables dimanche. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/