2 min de lecture Jihad

Jihad : "On est incapables de maîtriser ce flux de jihadistes qui reviennent", selon Samuel Laurent

INVITÉ RTL - Samuel Laurent, auteur d'"Al Qaïda en France", revient sur le parcours de Mehdi Nemmouche, l'auteur présumé de la fusillade de Bruxelles. Un parcours qui comprend notamment le Liban.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Jihad : "On est incapables de maîtriser ce flux de jihadistes qui reviennent", selon Samuel Laurent Crédit Média : Marc Olivier Fogiel | Date : La page de l'émission
Marion Dubreuil
Marion Dubreuil
Journaliste RTL

Samuel Laurent, auteur d'Al Qaïda en France, apporte ce lundi 2 juin, au micro de RTL, la confirmation que Mehdi Nemmouche, l'auteur présumé de la tuerie du Musée juif de Bruxelles, "s'est bien rendu dans de nombreux pays, hauts lieux du salafisme." 

Samuel Laurent, spécialiste d'Al Qaïda, dit avoir eu des informations de ses contacts qui certifient que "Mehdi Nemmouche s'est rendu à Tripoli au Liban". "À tripoli, poursuit-il, on va rencontrer l'éminence grise du salafisme mondial, Cheikh Bakri, un homme qui vous dit que le jihad en Syrie est une obligation et que le jihad ne s'arrête pas à la Syrie."

Les jeunes gens qui partent faire le jihad en Syrie reviennent "programmés avec une expérience militaire inquiétante et une idéologie chargée de haine envers l'occident." Mais pour Samuel Laurent, Mehdi Nemmouche ne "correspond pas au profil des réseaux créés via Al Qaïda". Pour lui, "c'est un loup solitaire. Et ce sont aussi des éléments très dangereux qu'on va voir déferler par centaine en France"

Mehdi Nemmouche ne correspond pas au profil des réseaux créés via Al Qaïda. C'est un loup solitaire

Samuel Laurent
Partager la citation

Mais les salafistes ne sont pas présents qu'en Syrie ou au Liban ; ils sont aussi en France, où "ils ont créé un véritable maillage, avertit Samuel Laurent, dans les prisons mais aussi les cités où ils sont très liés au crime organisé."

À lire aussi
Fabien Clain, l'un des deux frères Toulousains qui ont revendiqué les attentats du 13 Novembre à Paris. jihadisme
Terrorisme : l'aînée du clan Clain jugée pour avoir tenté de rejoindre la Syrie

Quant à les contrôler... "Le gros problème c'est qu'il n'y a plus de filière - comme à l'époque de l'Afghanistan -, explique le spécialiste. En Syrie, le jihad est extrêmement libre, chaque combattant représente sa propre filière, chaque combattant est un danger par lui-même. On est dans l'incapacité totale de contrôler, maîtriser ce flux de jihadistes qui reviennent".

"Ce n'est pas une guerre locale, on leur apprend que c'est un conflit planétaire en perpétuelle expansion", explique Samuel Laurent.

La rédaction vous recommande

 

Lire la suite
Jihad International Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants