2 min de lecture Japon

Japon : un supermarché vend 5 poissons sans en avoir retiré le poison

Des spécimens de fugu ont été mis en vente sans en avoir extrait l'une des parties contenant un poison violent. Sur les cinq poissons vendus, trois ont été retrouvés, mais pas les deux autres. Un système d'alerte a été déclenché.

Le fugu est un poisson très prisé au Japon.
Le fugu est un poisson très prisé au Japon. Crédit : YOSHIKAZU TSUNO / AFP
François Quivoron
François Quivoron
et AFP

Il s'agit d'une espèce de poisson parmi les plus précieuses. L'un des mets les plus exquis pour de nombreux Japonais. Cinq spécimens de fugu - ou "poissons-globes" - ont été mis en vente dans un supermarché de Gamagori, une ville du centre du Japon, sans que leur foie ne soit enlevé. Et alors, une histoire banale ? Et bien, non, cet oubli crée la panique dans la communauté : car cet organe précis contient de la tétrodotoxine, un poison violent et mortel contre lequel il n'existe aucun antidote.

"Manger du foie de fugu peut paralyser les nerfs moteurs, et dans le cas le plus grave, causer un arrêt respiratoire menant à la mort", ont rappelé immédiatement les autorités locales. Trois des cinq poissons vendus dans le magasin ont été rapidement localisés, mais deux autres restent introuvables...

"Nous appelons les résidents à ne pas manger de fugu (le fameux poisson de tous les dangers) en utilisant le système d'alerte de la ville de Gamagori", a précisé le responsable de la préfecture, Koji Takayanagi. Le message de mise en garde est diffusé sur des hauts-parleurs de la ville.

Un met de luxe à la préparation stricte

De l'avis des connaisseurs, le picotement provoqué sur les lèvres au contact d'une goutte infinitésimale du fugu ajoute au plaisir de la dégustation. Ce met de prix à la chair sucrée peut, lorsqu'il est débarrassé de ses parties dangereuses (foie, ovaires, intestins et peau selon les cas), être consommé cru (sashimi) ou cuit.

À lire aussi
Kurume (Japon) frappée par les inondations, le 8 juillet 2020. Japon
DIAPORAMA - Au Japon, des pluies record font au moins 61 victimes

Le poisson fait l'objet d'une réglementation très stricte : il faut environ cinq ans à un cuisinier pour obtenir son examen d'agrément à la préparation de ce poisson. Cette sévérité explique le nombre relativement faible d'accidents mortels. On en recense pourtant plusieurs chaque année au Japon, des dizaines d'autres personnes souffrant d'effets secondaires, selon le ministère de la Santé.

Pour le moment, deux fugu de Gamagori sont toujours dans la nature. Les autorités japonaises sont mobilisées pour éviter qu'ils ne deviennent un dernier repas.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Japon Risque sanitaire Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants