1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Italie : la victoire du "non" au référendum n'est pas un Brexit à l'italienne
1 min de lecture

Italie : la victoire du "non" au référendum n'est pas un Brexit à l'italienne

François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, a relativisé l'impact sur l'Europe du rejet de la réforme constitutionnelle.

Matteo Renzi annonce sa démission du poste de président du Conseil italien.
Matteo Renzi annonce sa démission du poste de président du Conseil italien.
Crédit : Luigi Mistrulli/SIPA
François Quivoron & AFP

L'Italie a rejeté massivement le projet de réforme constitutionnelle dimanche 4 décembre. Près de 60% des électeurs ont voté non au référendum. Une décision qui a entraîné la démission de Matteo Renzi du poste de président du Conseil et ouvert une période d'incertitudes. Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a relativisé l'impact sur l'Europe du rejet de la réforme.

"En 2016, le monde en général, et l'Europe en particulier, a connu une période de fortes incertitudes : des incertitudes liées à notre sécurité avec la menace des attaques terroristes, des incertitudes politiques avec le Brexit et, plus récemment, la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis", a-t-il rappelé lors d'un discours à Tokyo, en marge du 20e Forum financier international.

"Le référendum en Italie peut être considéré comme une autre source d'incertitude. Cependant il ne peut être comparé au référendum britannique : les Italiens ont été appelés aux urnes pour se prononcer sur un sujet constitutionnel interne, et non sur l'appartenance de longue date de l'Italie à l'UE", a poursuivi François Villeroy de Galhau, tout en se disant "attentif aux répercussions" du vote.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/