1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Israël : que se passe-t-il à Jérusalem et en Cisjordanie ?
3 min de lecture

Israël : que se passe-t-il à Jérusalem et en Cisjordanie ?

ÉCLAIRAGE - La région de Jérusalem a connu une forte recrudescence de tensions depuis la fusillade du 14 juillet dans la ville sainte.

Les forces de sécurité israéliennes repoussent des manifestants palestiniens le 21 juillet à Jérusalem.
Les forces de sécurité israéliennes repoussent des manifestants palestiniens le 21 juillet à Jérusalem.
Crédit : Mahmoud Illean/AP/SIP
Geoffroy Lang & AFP

Une semaine après la fusillade au cours de laquelle trois Arabes israéliens ont assassiné deux policiers israéliens avant d’être abattus, Jérusalem et la Cisjordanie connaissent un pic de tension inégalé depuis plus de deux ans. Trois Palestiniens ont été tués et des centaines blessés après la prière du vendredi lors de heurts à Jérusalem-Est, le 21 juillet.

Ce même-jour, en Cisjordanie occupée, un Palestinien a tué à coups de couteau trois Israéliens dans une colonie plus tard dans la soirée. L'attaquant, âgé de 19 ans, aurait pénétré dans une maison de la colonie de Neve Tsuf, au nord-ouest de Ramallah, où il a tué trois civils israéliens et en a blessé un quatrième pendant le dîner de shabbat, avant d'être lui-même blessé par balles par un voisin qui avait entendu les cris des victimes, a indiqué une porte-parole de l'armée.

Toujours selon l'armée israélienne, l’assaillant palestinien avait publié peu de temps avant de s'infiltrer dans la colonie un message sur sa page Facebook où il écrivait notamment : "Tout ce que j'ai c'est un couteau acéré et je répondrai à l'appel de (la mosquée) Al-Aqsa".

Une situation explosive à Jérusalem depuis le 14 juillet

Cette nouvelle vague de violence trouve son origine dans la fusillade qui a ensanglanté la ville de Jérusalem le 14 juillet dernier. Trois Arabes israéliens, originaires de la ville de Oum el-Fahm, à une centaine de kilomètres au nord de Jérusalem, ont ouvert le feu sur des policiers en faction dans la vieille ville de Jérusalem. Deux policiers grièvement blessés dans l'attaque ont succombé plus tard alors qu'un troisième policier a été légèrement blessé.

À lire aussi

Les trois assaillants ont été quant à eux pourchassés dans la ville avant d’être abattus sur l’esplanade des Mosquées. Après cette attaque, la première commise avec des armes à feu dans la ville sainte depuis de nombreuses années, Jérusalem a été verrouillée et quadrillée par les forces de sécurité israéliennes.

Après avoir temporairement fermé l’accès à l’esplanade des Mosquées, les autorités israéliennes ont décidé d'installer des détecteurs de métaux aux entrées de ce site ultra-sensible, le troisième lieu saint de l'islam, mais également révéré par les Juifs comme le Mont du temple. Les forces de sécurité israéliennes assurent en effet que les armes des assaillants avaient été cachées sur place.

3.000 Palestiniens défient les forces de sécurité israéliennes

Cette mesure avait provoqué la colère des Palestiniens, qui se sont rassemblés en plusieurs endroits pour protester contre la réaction des autorités israéliennes. Près de 3.000 personnes auraient ainsi tenu tête aux forces de sécurités israélienne à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, donnant lieu à des affrontements. Les heurts les plus violents ont eu lieu à Qalandya, près de Ramallah, et à Hébron, dans le sud du territoire palestinien. Dans ces deux villes, l'armée a répondu aux jets de pierres en utilisant des moyens anti-émeutes, rapporte l’AFP.

À Jérusalem-Est, trois Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes, tandis que les services de secours palestiniens, ont fait état de 450 blessés dans des heurts à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, dont 110 dans la ville sainte. La bande de Gaza n’a pas été épargnée par ces violences : 40 Palestiniens ont également été blessés, dont sept par balles.

L’esplanade des Mosquée cristallise les tensions israélo-palestiniennes

Pour protester contre les portiques de sécurité, les fidèles ne prient plus sur l'esplanade des Mosquées depuis dimanche et le font en dehors du site. Des centaines de personnes ont ainsi prié vendredi 21 juillet près des portes de la vieille ville, où les rues étaient quadrillées par un important dispositif de sécurité. La police israélienne avait aussi pris la décision exceptionnelle d'interdire aux hommes de moins de 50 ans l'accès à la Vieille ville.

Israël contrôle les accès à l'esplanade des Mosquées, qui cristallise les tensions israélo-palestiniennes depuis des décennies, mais sa gestion revient à la Jordanie. En septembre 2015, l'esplanade des Mosquées avait déjà le théâtre de trois jours de heurts consécutifs entre Palestiniens et policiers israéliens. Les violences s’étaient une fois encore étendues à différents quartiers de Jérusalem et à la Cisjordanie occupée. Ce cycle de violence s’était notamment traduit par une série d’attaques au couteau commises par de jeunes Palestiniens au mois d’octobre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/