1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Irak : vers une coalition mondiale contre l'État islamique
3 min de lecture

Irak : vers une coalition mondiale contre l'État islamique

Après ses appels à l'aide répétés, l'Irak a salué samedi le projet de coalition internationale contre les jihadistes de l'État islamique.

Des soldats de l'armée irakienne à Diyala, au nord de Bagdad, le 23 juillet 2014 (illustration).
Des soldats de l'armée irakienne à Diyala, au nord de Bagdad, le 23 juillet 2014 (illustration).
Crédit : AFP / AMER AL-SAADI
La rédaction numérique de RTL & AFP

Ce projet a commencé à s'esquisser vendredi en marge du sommet de l'Otan au Royaume-Uni, où le président Barack Obama s'est dit "confiant que les Alliés de l'Otan et leurs partenaires sont prêts à rejoindre une vaste coalition internationale" pour "vaincre" l'État islamique (EI) qui sème la terreur en Irak et en Syrie.

Accusé de nettoyage ethnique et de crimes contre l'Humanité, ce groupe extrémiste sunnite mène depuis le 9 juin une vaste offensive en Irak et est engagé depuis 2013 dans la guerre en Syrie, proclamant un califat sur les vastes régions conquises dans ces deux pays voisins.

Les capacités de l'Irak limitées

Devant la progression de l'EI dans le nord irakien, poussant à la fuite des centaines de milliers de personnes et menaçant le Kurdistan, les États-Unis ont commencé à mener le 8 août des raids aériens contre ses positions, en appui aux forces kurdes et fédérales. Ils ont aussi envoyé plus de 800 conseillers militaires et soldats pour défendre leurs personnels et, avec d'autres pays occidentaux, ont transféré des armes aux Kurdes.

Mais après la décapitation en deux semaines par l'EI de deux journalistes américains enlevés en Syrie - James Foley et Steven Sotloff - et la menace de tuer un otage britannique, la communauté internationale s'est montrée encore plus déterminée à éradiquer ce groupe responsable de viols, d'exécutions, d'enlèvements et de persécutions.

"Nous accueillons favorablement" le projet de coalition pour contrer l'EI, a déclaré à l'AFP le ministre sortant irakien des Affaires étrangères Hoshyar Zebari, en admettant que les capacités de son pays étaient "limitées" et qu'il avait "besoin d'un soutien fort".

La coalition prête fin septembre

Au début de l'offensive de l'EI, l'armée irakienne s'était retrouvée complètement dépassée, avant de se ressaisir et de reprendre ces dernières semaines quelques secteurs aux jihadistes avec l'appui aérien américain, des forces kurdes et des miliciens chiites.

Selon les Américains, "pour être efficace", la coalition doit apporter un "soutien militaire" à l'Irak, "stopper le flux des combattants étrangers, contrer le financement de l'EI, délégitimer son idéologie et traiter la crise humanitaire" provoquée par la fuite de 1,8 million d'Irakiens face aux violences en 2014.

Au sommet de l'OTAN, les représentants de dix pays (États-Unis, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Italie, Turquie, Pologne, Danemark, Canada, Australie) ont jeté les fondements de cette coalition, les États-Unis espérant qu'elle puisse voir le jour d'ici fin septembre.

Sa nature et ses contours encore à définir

Pour tous néanmoins "la ligne rouge est : pas de troupes au sol", a résumé le secrétaire d'État John Kerry, qui s'est entretenu samedi avec le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil Al-Arabi. Selon le département d'État américain, les deux hommes ont parlé du "besoin pour la Ligue arabe et ses membres de prendre une position forte au sein de la coalition qui se met en place contre l'EI".

En outre, les deux hommes ont convenu que "l'Irak, les États-Unis, la région et la communauté internationale doivent s'unir pour aider l'Irak à faire face à cette menace". L'EI doit "être vaincu", a aussi indiqué le Conseil de sécurité de l'ONU après avoir condamné l'assassinat "odieux et lâche" de Steven Sotloff.

Nouvelles frappes américaines

À écouter aussi

Poursuivant ses exactions en Irak, l'EI a tué par balles deux médecins qui ont refusé de traiter ses combattants blessés, de même qu'une candidate aux législatives de mai, devant leur maison à Mossoul (nord), première ville à tomber aux mains des jihadistes en juin, selon un employé à la morgue et des témoins.

Pour leur part, les États-Unis ont mené de nouvelles frappes aériennes qui ont détruit sept véhicules de l'EI dans le nord irakien. Alors que l'aide militaire en Irak est déjà en place, la question d'une éventuelle intervention contre l'EI en Syrie reste en suspens, en dépit des appels de l'opposition syrienne à des raids similaires à ceux menés en Irak par les États-Unis.

La menace de l'EI est d'autant plus pressante que les Occidentaux redoutent l'exportation sur leur sol d'actes de terrorisme, ce groupe ayant attiré des centaines de leurs ressortissants. Un ex-otage français en Syrie, le journaliste Nicolas Hénin, a d'ailleurs révélé samedi que Mehdi Nemmouche, le jihadiste français auteur présumé de la fusillade au Musée juif de Bruxelles en mai, avait été l'un de ses geôliers pendant sa détention.

Mais le président français François Hollande a exclu pour l'heure une action en Syrie, le président Bachar al-Assad, dont la légitimité n'est pas reconnue par les alliés, pouvant mettre à profit des frappes pour se renforcer.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires