3 min de lecture Terrorisme

Irak : la traque des derniers jihadistes français se poursuit

REPORTAGE - Libérée des terroristes il y a un an, la ville de Mossoul est toujours à la recherche des "fantômes de Daesh", parmi lesquels se trouveraient 400 Français.

Générique 1 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL
>
Irak : la traque des derniers jihadistes français se poursuit Crédit Image : Cindy Hubert | Crédit Média : Cindy Hubert | Durée : | Date : La page de l'émission
Cindy Hubert Journaliste RTL

C'est à Mossoul, ville irakienne libérée il y a un an, que des centaines de combattants de Daesh ont mené leur dernière lutte à mort contre l'armée. Parmi eux, des jihadistes français, hommes et femmes. Que sont-ils devenus? Comment savoir qui a été tué ? Qui est encore dans la nature ? RTL est parti sur leurs traces.

Départ à l'aube, en compagnie de la défense civile pour Mossoul Ouest. Nous traversons le Tigre sur un pont flottant. La vision de la vieille ville se rapproche et saisit. C'est un océan de ruines. Il n'y a plus rien. Plus de rues, plus de maisons. "Du jamais vu" depuis la Seconde guerre mondiale selon l'ONU. Mossoul Ouest a été rayée de la carte, soufflée par le torrent de bombes lancé par la coalition dans la bataille finale.

La vieille ville de Mossoul, entièrement détruite
La vieille ville de Mossoul, entièrement détruite Crédit : Cindy Hubert

Un tag sur un mur nous avertit : "Bienvenue dans le cimetière de Daesh". Et c'est effectivement pour collecter des corps que nous sommes ici. Les pompiers s'engouffrent à l'intérieur d'une maison qui menace de s'écrouler. Il faut escalader des montagnes de gravats, enjamber une voiture calcinée. Un corps déjà bien décomposé se trouve juste derrière. Un homme recroquevillé sur le côté.

À lire aussi
Le Carillon, un des établissements visés par les attaques du 13 novembre à Paris, au lendemain des attentats. justice
13 novembre : la justice ne reconnaît pas la responsabilité de l'État dans les attentats

"Regardez son uniforme militaire, c'était un combattant de Daesh. On a trouvé 12 autres cadavres dans cette maison. Certains avec des ceintures explosives. Et 15 corps de femmes et d'enfants, là, dans la maison juste à côté, des partisans de Daesh". Le Major Saad jette le corps dans une sorte de grande housse à fermeture éclair.

1.300 cadavres de partisans de Daesh ramassés

Depuis le début du ramadan, ses hommes ont ramassé 1.300 corps dans les décombres en 20 jours. 1.300 corps de partisans de Daesh. Tous ces corps sont transportés dans un bateau puis en camion jusqu'à une fosse commune quelque part au milieu d'une vallée déserte près de Sahaji, à une heure de route de Mossoul. 

Ces corps ne seront pour la plupart jamais identifiés. Car aujourd'hui la priorité des autorités c'est de se débarrasser d'un maximum de corps avant l'été pour éviter toute épidémie et puis pour que les habitants de Mossoul puissent un jour espérer retrouver leur maison. 

Aucun test ADN réalisé sur les corps

La défense civile ne fait donc aucun test ADN. "Si l'on trouve des passeports, ce qui n'arrive presque jamais, on appelle les services de renseignement qui viennent voir le corps avant qu'on le jette à la benne". Voilà pour la version officielle, même si quelques minutes plus tôt, le major nous racontait avoir tout laissé sur place la veille par terre à côté des corps, dans un petit village : tous les papiers, y compris des passeports belges.

4 jihadistes français emprisonnés en Irak

Il y a certes beaucoup de morts mais certains jihadistes français ont été arrêtés. Officiellement, quatre sont dans des geôles irakiennes : trois femmes et un homme.
Les autres sont morts, retenus dans des camps, ou alors se cachent quelque part, confirme le général Najim Al Jabouri qui nous reçoit dans son bureau, au coeur du quartier général des forces armées irakiennes. L'homme a dirigé la bataille de Mossoul et commande aujourd'hui les opérations militaires dans la région.

Si je revoyais ces hommes, je les couperais en quatre

Mohamed, habitant de Mossoul évoquant les jihadistes français
Partager la citation

"De ce que je sais des services de renseignement, la plupart sont en fuite. Certains ont rejoint, la Syrie, la Turquie ou l'Afghanistan. Ils ont réussi à s'échapper d'Irak", confie-t-il. 
Et ici à Mossoul tous les habitants attendent clairement qu'on les capture, et qu'on soit sans pitié avec ces Français.

Mohamed, rencontré devant une petite épicerie de la vieille ville le confirme : "Les jihadistes français se comportaient comme des voyous ici. Ils nous traitaient encore plus mal que la police locale. Ils ont pris ma maison, ils ont tiré sur mon fils alors qu'il cherchait du bois. Si je revoyais ces hommes, je les couperais en quatre".  

Aujourd'hui, personne n'est capable de dire combien sont précisément ces "fantômes de Daesh" toujours en fuite. Mais selon nos informations, 400 Français seraient ainsi dans la nature.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Daesh Irak
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793901472
Irak : la traque des derniers jihadistes français se poursuit
Irak : la traque des derniers jihadistes français se poursuit
REPORTAGE - Libérée des terroristes il y a un an, la ville de Mossoul est toujours à la recherche des "fantômes de Daesh", parmi lesquels se trouveraient 400 Français.
https://www.rtl.fr/actu/international/irak-la-traque-des-derniers-jihadistes-francais-se-poursuit-7793901472
2018-06-28 08:52:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/E3_9zkuh8u1z6tqzOBr7rg/330v220-2/online/image/2018/0628/7793905965_la-defense-civile-emmenant-le-corps-de-jihadistes-a-mossoul.JPG