1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. INVITÉS RTL - Crise en Ukraine : faut-il avoir peur de Vladimir Poutine ?
2 min de lecture

INVITÉS RTL - Crise en Ukraine : faut-il avoir peur de Vladimir Poutine ?

"Depuis 22 ans, Vladimir Poutine a toujours gagné la guerre", estime Nicolas Tenzer, enseignant à Sciences Po. Alexandra Goujon, maître de conférences en Sciences Politiques à l’Université de Bourgogne, débat avec lui.

Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF), à Saint-Pétersbourg, le 4 juin 2021.
Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF), à Saint-Pétersbourg, le 4 juin 2021.
Crédit : ANATOLY MALTSEV / POOL / AFP
Faut-il avoir peur de Vladimir Poutine?
06:34
Faut-il avoir peur de Vladimir Poutine?
06:34
Marie-Pierre Haddad

"En cas d'agression" contre l'Ukraine, "la riposte sera là et le coût sera très élevé". Emmanuel Macron a adressé un avertissement à la Russie, le 25 janvier, tout en plaidant pour une désescalade de la situation. Les grandes puissances occidentales craignent une nouvelle offensive de la Russie. 

La guerre est aux portes de l'Europe, avec les tensions croissantes entre Russes et Ukrainiens. La communauté internationale, quant à elle, s'inquiète d'une possible escalade et du déclenchement d'une opération militaire d'ampleur de la part des Russes sur l'Ukraine

Après l'annexion de la péninsule de Crimée en 2014, plusieurs dizaines de milliers de soldats se massent à la frontière ukrainienne depuis des mois. Moscou nie toute intention belliqueuse et impute les tensions aux Etats-Unis et à l'Otan.

Quel est le plan de la Russie ?

Pourquoi la Russie inquiète-t-elle tant ? Selon Nicolas Tenzer, directeur de la publication de Desk Russie, enseignant à Sciences Po et bloggeur sur Tenzer strategics, "cette partie du Donbass de l'Ukraine avec les régions de Lougansk et Donetsk sont déjà occupées par la Russie depuis huit ans". Cette guerre a fait "14.000 morts et l'année dernière a fait encore 80 morts", ajoute-t-il. "Donc, ce n'est pas une nouvelle invasion, mais une escalade nouvelle dans une guerre qui existe et qui est en quelque sorte gelée depuis huit ans", poursuit-il. 

À écouter aussi

Peut-on encore éviter une guerre aux portes de l'Europe ? Pour Alexandra Goujon, maître de conférences en Sciences Politiques à l’Université de Bourgogne et autrice de L'Ukraine : de l'indépendance à la guerre, "oui, on peut l'éviter". "On ne connaît pas le plan russe. Est-ce que c'est pour faire pression et provoquer une agitation diplomatique et médiatique ? La Russie pourrait chercher à montrer qu'elle peut aller plus loin et obtenir, dans ce cadre de pression, un certain nombre de concessions qu'elle ne pourrait pas avoir en utilisant la simple rhétorique qui est elle-même menaçante depuis quelques semaines à Moscou", ajoute-t-elle.

Quelle est la différence avec la situation en Crimée ?

"La différence majeure, c'est que là on pourrait avoir une nouvelle invasion qui serait une annexion de cette région du Donbass", estime Nicolas Tenzer au micro de RTL. D'après lui, la question fondamentale est de savoir si les négociations avec Vladimir Poutine peuvent aboutir. 

"Est-ce qu'on peut, nous, Occidentaux, pays libres, démocratiques, accepter que ces régions continuent à être annexées ? 20% de la Géorgie est toujours annexée par les forces russes depuis 2008. Les forces de Vladimir Poutine ont tué en Syrie plus de civils syriens que l'État islamique", indique-t-il. "Depuis 22 ans, Poutine a toujours gagné la guerre (...) En Géorgie, la Cour européenne des Droits de l'homme a constaté des crimes de guerre commis en 2008", estime. Nicolas Tenzer. 

Poutine avance ses pions

Alexandra Goujon, maître de conférences en Sciences Politiques à l’Université de Bourgogne

Sommes-nous impuissants ? "La Russie s'appuie sur le fait que les Occidentaux ne sont pas dans une perspective interventionniste. Le retrait des Occidentaux d'Afghanistan a été un signe de plus. Donc, dans ce contexte, Poutine avance ses pions. Ce qui l'agace profondément, c'est que le conflit a entraîné un regain de patriotisme en Ukraine. L'opinion publique est beaucoup plus favorable à une adhésion à l'Otan aujourd'hui qu'il y a une dizaine d'années", analyse Alexandra Goujon.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/