1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Conflit États-Unis-Russie sur l'Ukraine : vers un retour de la guerre froide ?
2 min de lecture

Conflit États-Unis-Russie sur l'Ukraine : vers un retour de la guerre froide ?

Les chefs de la diplomatie américaine et russe ont quelques heures ce vendredi 21 janvier à Genève pour désamorcer la crise ukrainienne.

Joe Biden a assuré que Vladimir Poutine était un tueur
Joe Biden a assuré que Vladimir Poutine était un tueur
Crédit : Pavel Golovkin, Eric BARADAT / AFP / POOL
Conflit États-Unis-Russie sur l'Ukraine : vers le retour de la guerre froide ?
02:58
Conflit États-Unis-Russie sur l'Ukraine : vers le retour de la guerre froide ?
02:58
Julien Fautrat - édité par Romain Giraud

Vers le retour de la guerre froide ? Le chef de la diplomatie américaine et le chef de la diplomatie russe ont quelques heures ce vendredi 21 janvier à Genève pour désamorcer la crise ukrainienne. Toute violation par la Russie de la souveraineté territoriale de l'Ukraine "nous ramènerait à une époque bien plus dangereuse et instable", a déclaré le secrétaire d'État américain Antony Blinken. 

La réalité de la menace russe est sérieuse : déjà des manœuvres prévues dans toutes les mers du monde : Arctique, Atlantique, Pacifique, Méditerranée, avec plus de 140 bateaux déployés, 10.000 hommes, et ce ne sont que des exercices. C'est une façon pour Vladimir Poutine de montrer ses muscles et sa détermination.

Autre pièce du puzzle : il y a des dizaines de milliers de militaires russes en attente à la frontière avec l'Ukraine, notamment des snipers qui tirent et abattent des soldats ukrainiens en fonction de l'intensité que la Russie veut mettre sur l'opinion publique ukrainienne
De son côté, l'Ukraine affirme aussi avoir des preuves que c'est la Russie qui est impliquée dans une cyberattaque géante touchant les sites internet du gouvernement.

Les Américains accusent en plus déjà Moscou d'avoir introduit des dizaines d'hommes en Ukraine, notamment des agents des services secrets, pour qu'ils provoquent un incident. En outre, créer de toutes pièces un prétexte à une intervention des troupes...  

La France prête à intervenir ?

À lire aussi

Le message, à ce stade, est celui de la fermeté. Washington est en effet prête à engager des hommes : la Maison Blanche promet "une réponse rapide, sévère et unie" des États-Unis et de leurs alliés en cas de franchissement de la frontière de l'Ukraine par des forces militaires russes.

Côté français, Jean-Yves le Drian, le ministre des affaires étrangères, se contente à ce stade d'une mise en garde : ne pas diviser l'Europe, bloc de l'Est contre bloc de l'Ouest. Aucune certitude ne permet de dire si la France est prête à intervenir mais ce qui est certain, en revanche, c'est que dans la tête des militaires français, des sanctions économiques, par exemple dans nos relations commerciales avec les Russes, ne suffiraient pas. 

L'objectif est dans un premier temps de faire front politiquement : le chef de l'État a déjà prévenu les armées, lors de ses voeux avant-hier : "Le rapport de forces devient le mode d’expression assumé des relations internationales" et il faut y être prêt. Deuxièmement, faire front militairement : il y a des entrainements à la coopération à haute intensité, notamment avec les américains et les anglais. On appelle cela dans l'armée française "l'hypothèse d'un engagement majeur".

L'hypothèse d’une offensive russe plausible

Si ce risque de guerre est plus ou moins réel, difficile d'en déterminer le degré. C’est toujours difficile de distinguer d’un côté ce qui relève des gesticulations diplomatiques, comme les pressions et la volonté de faire peur, et d’un autre côté la réalité de la menace. Mais l’hypothèse d’une offensive russe est plausible. En Russie, la télévision ne cesse de diffuser des messages hostiles au pouvoir ukrainien.

Le travail d'aujourd'hui, en parallèle des négociations diplomatiques, c'est donc le renseignement et l'objectif de gagner la guerre avant la guerre. Si la situation évolue mal, c'est-à-dire vers ce que l'armée appelle une guerre à haute intensité, État contre État, la possibilité de voir des centaines, voire des milliers de morts chaque jour est plus que jamais terrifiante. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/