2 min de lecture États-Unis

Incendies : la Californie à genoux

Tous les vendredis, RTL raconte l'envers d'une photo qui a fait l'actualité. Ce 16 novembre, retour sur une des très nombreuses images du terrible incendie qui frappe toujours la Californie. Le bilan provisoire est de 63 morts et plus de 600 disparus.

micro generique Le Son de l'Image
>
Incendies : en Californie, l'Amérique est à genoux Crédit Image : JOSH EDELSON / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Leia Hoarau
Leia Hoarau
Journaliste

L'enfer au Paradis... Pulga, à quelques kilomètres à l'est de la ville californienne de Paradise, est une ville entièrement détruite par les flammes. L'apocalypse en direct, la désolation totale a pu être illustrée grâce à Josh Edelson, photographe à l'AFP, et à l'image qu'il a réussi à capturer dimanche 11 novembre.

Sur la photo, on y voit une station-service, ou plutôt ce qu'il est reste, c'est à dire trois pompes à essence carbonisées. Abandonnée au milieu de la route, il y a une carcasse de voiture littéralement fondue. 

"J'y étais depuis six ou sept jours, les flammes étaient éteintes pour la plupart. J'étais en train de conduire à la recherche de maison brûlées ou de voitures calcinées, ça donnait l'impression d'une zone de guerre...", explique le photographe.

Le bilan se dresse aujourd'hui à 63 morts et plus de 600 disparus.

Le but était de montrer l'état de désolation

Josh Edelston, photographe à l'AFP
Partager la citation
À lire aussi
coronavirus
Karine Lacombe prône le "zéro Covid" pour éviter de "reculer pour mieux sauter"

Autour, c'est le vide total : seulement quelques squelettes d'arbres sont toujours debout. L'épaisse fumée bouche le ciel orangé. Les particules cachent même les rayons du soleil. Avec cette lumière jaune, cette scène de chaos a quelque chose d'irréel. On imagine la fournaise et on devine cette odeur sèche de brûlé. Josh Edelson est un habitué des photos d'incendie.

"Le but était de montrer la situation dans une zone incendiée, de montrer l'état de désolation, que les gens n'avaient pas eu la chance d'emporter leurs biens et de partir tranquillement. Ils ont dû fuir dans la précipitation. Peu importe où ils se trouvaient, ils ont tout abandonné. Sur la photo, la personne était en train de faire le plein d'essence. Elle n'a pas eu le temps de sortir sa voiture des flammes", explique-t-il. 

Réflexions sur le climat

Sur la route, la station-service délabrée et son pompiste menaçant, la bagnole qui fonce sur les longues lignes droites. On est en pleine mythologie américaine. Mais là, le jour d'après, les flammes ont transformé le rêve américain en cauchemar... 

"J'imagine que le rêve américain, notre sécurité, toutes les choses que nous prenions pour acquises, comme faire le plein dans une station-service, rien n'est sûr à 100%, rien n'est permanent. Ça, c'est le fruit du réchauffement climatique". 

"Camp Fire" est déjà l'incendie le plus meurtrier de l'histoire de la Californie. Donald Trump est attendu samedi 17 novembre sur place. Et ce vendredi 16, c'est San Francisco et son pont du Golden Gate, autre symbole de l'Amérique, qui est plongée dans le brouillard à cause de ce désastre. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Incendie Californie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants