4 min de lecture Afghanistan

Hommages à Shah Marai, le photographe de l'AFP tué à Kaboul

Le photographe a été tué lors d'un double attentat-suicide le 30 avril à Kaboul. La presse française rend hommage à son travail.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Hommages à Shah Marai, le photographe de l'AFP tué à Kaboul Crédit Image : Massoud Hossaini/AP/SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot

Il n'y a pas de quotidiens en kiosque ce matin, c'est toujours le cas le 1er mai, mais un hommage de toute la presse, celui à Shah Marai. Ce photographe de l'Agence France-Presse a été tué dans le double attentat du 30 avril à Kaboul. Tous vos journaux, ou presque, publient ce matin sur Internet quelques uns de ses clichés. L'image notamment de ces deux gamins, ils doivent avoir à peine 10 ans, qui, tout sourire, pointent chacun une arme sur la tempe de l'autre.

Il y a aussi cette photo qui a fait le tour du monde en 2016. Celle de ce petit garçon de 5 ans, fan de Lionel Messi, qui joue au foot à Kaboul, un sac plastique sur le dos, un sac rayé bleu et blanc comme le maillot argentin. Ce cliché lui avait permis de rencontrer son idole lors d'un match amical du FC Barcelone au Qatar. Shah Marai, c'était cela... Il savait parfaitement photographier la guerre, l'horreur mais aussi ces instants de vie au milieu du chaos.

Âgé de 48 ans, il travaillait pour l'Agence France-Presse depuis 22 ans, d'abord comme chauffeur, puis comme photographe. Lors de ses débuts, raconte ce matin Le Monde, il avait été roué de coups par les talibans parce qu'il écoutait de la musique. Quelques années plus tard, le 7 octobre 2001, c'est lui qui annonce les premiers bombardements américains sur l'Afghanistan, quelques semaines après les attentats du 11 septembre. Il prend alors 10 photos, pas une de plus, de Kaboul. Elles seront publiées dans le monde entier : une grande fierté pour lui qui avait appris tout seul la photo.

En mars 2014, l'un de ses meilleurs amis, Sardar Ahmad, un autre pilier de l'AFP à Kaboul, est tué avec sa femme et deux de leurs 3 enfants dans un hôtel pourtant très sécurisé de la capitale afghane. Et puis il y a eu ces attentats à répétition : "Je ne dors plus la nuit", confiait-il en 2016 lors d'un passage à Paris. Shah Marai laisse derrière lui 6 enfants dont une petite fille de 15 jours

Mai 68 raconté aux enfants

À lire aussi
Un soldat de l'armée américaine lors d'une opération en Afghanistan en juillet 2018 États-Unis
Guerre en Afghanistan : pourquoi Bush, Obama et Trump ont caché la vérité

Des photos sont également ce matin à la une du Petit Quotidien. Le journal des 6-10 ans raconte en images mai 68, parfait pour occuper vos enfants aujourd'hui si le temps vous empêche de sortir. De la révolte étudiante à la fin du mouvement en passant bien sûr par la nuit des barricades ou encore ces manifestations monstres, on comprend tout. Le Petit Quotidien rappelle aussi tout ce qui a changé depuis ce fameux mois de mai : la mixité dans les écoles, les filles autorisées à porter des pantalons (pour ça il faudra attendre 1970) ou encore la fin de l'école le samedi après midi. Ça, ce sera en 1972.

Mon Quotidien, la version pour les 10/ 13 ans, nous rappelle que le 1er mai, fête du travail est né aux États-unis en 1886. En France, c'est le Maréchal Pétain qui, en 1941, en fait un jour férié. Pétain et le régime de Vichy qui imposent au passage le muguet comme symbole de cette fête du travail et de la concorde sociale. Exit l'églantine rouge, jusqu'ici emblème de la journée internationale des travailleurs.

La journée du muguet

Mais d'où vient le mot muguet ? C'est un dérivé du sanskrit ou de l'iranien Muska qui signifie testicule. C'est ce qu'on peut découvrir ce matin sur le site du Figaro. Dès la Grèce antique, écrit le journal, le muguet cultive la réputation d'être une fleur divine. Selon la légende, Apollon aurait même tapissé la terre du mont Parnasse de muguets, afin que les muses ne s’abîment pas les pieds en gravissant sa pente.

Dans la Rome antique, la fleur ne sert pas de tapis douillet, mais  elle donne toutefois lieu à des célébrations. Selon les versions, le peuple se réunissait autour d'un arbre pour danser et chasser les esprits malfaisants, conférant ainsi au muguet des vertus de porte-bonheur. Au Moyen Âge, le muguet devient un symbole d'amour. On l'accroche sur les portes pour obtenir de son Roméo un doux baiser. Mais il faudra attendre  Charles IX, pour avoir la tradition telle qu'on l'a connait aujourd'hui. En 1560, le roi est en visite avec sa mère Catherine de Médicis dans la Drôme. Il reçoit de la part du chevalier Louis de Girard de Maisonforte un brin de muguet. Ravi par cette petite pousse, il décide l'année suivante d'en distribuer aux dames de sa cour en guise de porte-bonheur.  

Le muguet est la fleur nationale de la Finlande. C’était aussi l’emblème du chansonnier Félix Mayol : le soir de sa première scène à Paris, en 1895, il portait à sa jaquette un brin de muguet. Le concert fut un tel succès qu'il décida de conserver ce muguet porte bonheur. C'est en son honneur que le RCT, le club de rugby de Toulon dont il était originaire a intégré le muguet dans son emblème.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Afghanistan Kaboul Attentat suicide
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants