1 min de lecture États-Unis

Greta Thunberg arrive à New York après sa traversée de l'Atlantique en voilier

Après 15 jours de traversée de l'Atlantique à bord d'un voilier zéro émission carbone, la jeune Suédoise de 16 ans est arrivée à Coney Island, à New York.

Greta Thunberg entamant sa traversée de l'Atlantique pour défendre le climat
Greta Thunberg entamant sa traversée de l'Atlantique pour défendre le climat Crédit : Ben STANSALL / AFP
Photo Esther
Esther Serrajordia et AFP

Après 15 jours de traversée, la jeune égérie pour le climat Greta Thunberg est arrivée à New York, ce mercredi 28 août. Dans un tweet publié tôt, mercredi matin, la jeune Suédoise de 16 ans a écrit "Terre ! Les lumières de Long Island et de New York devant nous".

Elle a ensuite déclaré que son voilier avait mouillé l'ancre au large de la célèbre plage de Coney Island, à Brooklyn, pour passer les contrôles de l'immigration américaine. Elle devrait accoster à Manhattan vers 14h45, heure locale, au plus tôt, soit 18h45 (heure française), où elle donnera une courte conférence de presse.

Greta Thunberg a traversé les 5.550 kilomètres séparant les côtes britanniques des États-Unis à bord d'un voilier zéro émission carbone. Elle est partie de Plymouth (Grande-Bretagne) le 14 août, avec son père, Pierre Casiraghi, fils de la princesse Caroline de Monaco et Boris Herrmann, les deux skippers du Malizia II.

Elle avait refusé de prendre l'avion à cause des émissions de carbone que ce moyen de transport génère, mais tenait à se rendre aux États-Unis pour participer aux rencontres sur le thème du climat.

La traversée avait suscité des critiques

À lire aussi
Etats-Unis : des employés fédéraux suspendus pour un salut nazi États-Unis
États-Unis : des surveillants de prisons suspendus pour un salut nazi

Sa croisière a donc été d'un confort rudimentaire. Nourriture lyophilisée, toilettes dans un seau en plastique... Tout a été pensé pour consommer le moins d'énergie possible. Le voilier était équipé de panneaux solaires et de turbines sous-marines qui permettaient de générer de l'électricité. Le bateau comprenait également un laboratoire afin de tester le niveau de CO2 des eaux.

Cette traversée avait suscité des critiques. Une polémique avait éclaté concernant la logistique, qui obligeait certains membres de l'équipage à prendre l'avion. "Nous reconnaissons que cette méthode est imparfaite. Le monde n'a pas encore trouvé le moyen de traverser un océan sans laisser d'empreinte carbone", avait répondu Holly Cova, responsable de l'équipe du Malizia. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Environnement Croisière
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants