2 min de lecture International

Génocide arménien : ni "reconnaissance" ni "excuses" d'Erdogan pour Aznavour

Après les "condoléances" présentées par le Premier ministre turc, le chanteur a estimé que cette déclaration était "une simple volonté personnelle à vouloir se montrer comme un homme politique prétendument ouvert".

Charles Aznavour, lors d'une interview le 6 avril 2012 à New-York.
Charles Aznavour, lors d'une interview le 6 avril 2012 à New-York. Crédit : AFP / Stan HONDA
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le chanteur franco-arménien Charles Aznavour a estimé ce jeudi 24 avril que le terme de "condoléances" utilisé par le Premier ministre turc, dans son message aux descendants des Arméniens tués en 1915,ne devait pas être lu comme une reconnaissance du génocide, pas plus qu'une présentation d'excuses de la part de la Turquie.

"L'humanisme qui doit présider aux relations entre les peuples et plus largement entre les gens voudrait que cette déclaration soit un premier pas vers un dialogue qui nous était refusé depuis cent ans", a expliqué l'artiste dans un communiqué. "Pour autant, la prudence amènerait à penser que cette expression de condoléances est motivée par d'autres considérations que ce dialogue tant voulu pour la vérité historique".

"Ne reconnaissant toujours pas le génocide, il faut donc lire, dans la déclaration d'Erdogan, le terme de 'condoléances' non comme une reconnaissance et encore moins comme une présentation d'excuses, mais comme une simple volonté personnelle à vouloir se montrer un homme politique prétendument 'ouvert'", a estimé Charles Aznavour qui fêtera ses 90 ans en mai prochain.

"Hypocrisie"


Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a présenté mercredi les condoléances de la Turquie "aux petits-enfants des Arméniens tués en 1915"
, à l'occasion du 99e anniversaire des massacres visant cette communauté sous l'Empire ottoman.

À lire aussi
Israel Folau, Australie homophobie
Incendies en Australie : le "jugement de Dieu" contre le mariage gay, pour Israel Folau

"Il y a des causes qui ne méritent pas la demi-mesure et encore moins la moindre ombre d'hypocrisie", estime Charles Aznavour. "Le siècle écoulé fut un triste siècle pour l'histoire commune des peuples turc et arménien où les nôtres connurent les rapines, les meurtres, les viols et le sang, et ensuite le mensonge de la négation", a-t-il ajouté.

Faisant allusion à sa "nature optimiste d'éternel artiste", il dit vouloir croire "en l'installation d'un dialogue entre les deux parties permettant de faire face aux réalités du fait historique". "Aussi, par cette annonce et malgré les réserves exprimées, je veux encore pouvoir croire qu' Anakra a donc peut-être amorcé les prémices d'une humanisation de son histoire récente", a poursuivi le chanteur qui a été nommé, en 2009, ambassadeur d'Arménie en Suisse, où il réside. Selon lui toutefois, le peuple arménien n'attend pas "aujourd'hui des condoléances dans de telle manière".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Arménie Turquie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants