2 min de lecture Italie

Gênes : "Régulièrement, des morceaux se décrochaient", témoignent des riverains

Des riverains du viaduc qui s'est en partie effondré le 14 août, assurent que le comité des habitants du quartier avait "alerté tout le monde" sur l'état de l’infrastructure qui tombait en ruines.

Le viaduc Morandi situé à Gênes, en Italie, s'est écroulé mardi 14 août 2018
Le viaduc Morandi situé à Gênes, en Italie, s'est écroulé mardi 14 août 2018 Crédit : Antonio Calanni/AP/SIPA
103029000663527498057
Eléanor Douet

Au moins 39 personnes ont été tuées dans l'effondrement d'un viaduc à Gênes, mardi 14 août. Depuis le drame, de nombreuses voix s'élèvent dans le pays pour dénoncer l'état déplorable dans lequel se trouvait l'infrastructure. Alors que le gouvernement italien a annoncé vouloir révoquer la concession de la société gérant l'autoroute où se trouve le viaduc, celle-ci s'est défendue.

Pourtant, des riverains du viaduc qui habitaient à 30 mètres de là ont témoigné dans les colonnes du Parisien. "Dire que ce que nous avons vécu est un choc est en dessous de la réalité. Mais ce n’est pas du tout une surprise. Comme cela a été dit, cet accident n’en est pas un. C’est la chronique d’une tragédie annoncée", déplorent Gavino Delogu et Wendy Correa.

"Ces dernières années, nous avions pris conscience que les travaux menés sur le pont ne servaient pas à grand-chose. Régulièrement, des morceaux se décrochaient puis tombaient sur les habitations ou les voitures. Il y avait de tout : des boulons, des blocs de béton ou de la peinture", racontent-ils, assurant avoir signalé la situation.

À lire aussi
Le lien entre jumeaux est-il plus fort que tout ? insolite
Italie : un bébé naît deux mois après son jumeau

Personne ne nous a jamais entendus ni considérés.

Gavino Delogu et Wendy Correa
Partager la citation

"Avec le comité des habitants du quartier, nous avions alerté tout le monde. Tout avait été dit. À cause des travaux, nous dormions fenêtres fermées. Des manifestations avaient même été organisées, mais rien ne bougeait. Personne ne nous a jamais entendus ni considérés. À quoi tout cela a-t-il servi ? À rien. Et aujourd’hui, on compte tous ces morts, et plus de 600 personnes qui n’ont plus de toit", se désolent-ils.

Le drame à Gênes a fait au moins 39 morts et 16 blessés, dont 9 dans un état grave. Un bilan provisoire qui pourrait s'alourdir puisque certaines personnes sont encore portées disparues. Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a annoncé que l'état d'urgence était décrété pour 12 mois dans la ville de Ligurie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Italie Faits divers Europe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794434537
Gênes : "Régulièrement, des morceaux se décrochaient", témoignent des riverains
Gênes : "Régulièrement, des morceaux se décrochaient", témoignent des riverains
Des riverains du viaduc qui s'est en partie effondré le 14 août, assurent que le comité des habitants du quartier avait "alerté tout le monde" sur l'état de l’infrastructure qui tombait en ruines.
https://www.rtl.fr/actu/international/genes-regulierement-des-morceaux-se-decrochaient-temoignent-des-riverains-7794434537
2018-08-16 05:36:26
https://cdn-media.rtl.fr/cache/AkzBjs8kKtu2-jJpnWMD9w/330v220-2/online/image/2018/0814/7794424958_sipa-ap22235866-000054.jpg