2 min de lecture Animaux

Galapagos : une tortue géante découverte 100 ans après la disparition de son espèce

Un spécimen de Chelonoidis phantasticus, a été découvert par des scientifiques sur une île des Galapagos, en Équateur. L'espèce endémique de tortue géante a été observée pour la dernière fois en 1906.

Un spécimen de Chelonoidis phantasticus
Un spécimen de Chelonoidis phantasticus Crédit : RODRIGO BUENDIA / AFP
WP_20170503_044%5b2535%5d
Joanna Wadel
et AFP

Son espèce était officiellement éteinte depuis un siècle. Mais sa carapace a soudain réapparu dans le paysage volcanique d'une île des Galapagos. Un spécimen de tortue centenaire, disparue depuis 1906, a été retrouvée par des scientifiques sur l'archipel volcanique. Encouragés par cette découverte, les chercheurs veulent partir en quête d'autres congénères de la même espèce que la tortue géante de l'archipel équatorien. 

Cette femelle de Chelonoidis phantasticus "dépasse les cent ans, c'est une tortue très vieille", a déclaré à l'AFP Washington Tapia, directeur du GTRI, programme de récupération des tortues géantes de l'ONG américaine Galapagos Conservancy. 

Ce spécimen a été découvert dimanche 17 février sur l'île Fernandina, lors d'une expédition dirigée par le directeur et financée par Animal Planet. La tortue, qui pèse 20 kg, était dissimulée dans la végétation qui pousse entre les coulées de lave pétrifiée du volcan La Cumbre, l'un des plus actifs de la planète.                                     

Une tortue difficile à dénicher

Selon Danny Rueda, directeur des écosystèmes du Parc national des Galapagos (PNG), la découverte d'une tortue Chelonoidis phantasticus, implique un "engagement et l'urgence d'organiser une expédition à Fernandina en espérant trouver un autre spécimen", de préférence mâle, afin de pouvoir lancer un programme de reproduction

À lire aussi
Interpellé avec trois moutons à bord de son véhicule, l'individu a expliqué qu'il voulait sacrifier les animaux pour l'Aïd El-Kebir faits divers
Yvelines : un homme interpellé car il voulait sacrifier trois moutons

Car le reptile est désormais une véritable pièce de musée, appartenant à l'Académie des sciences de Californie. Dans un rapport de 1964, un chercheur avait affirmé avoir repéré des excréments de tortues en apparence très vieilles sur la même île. Puis, 42 ans plus tard, des employés du PNG ont repéré un cactus visiblement mordu par une tortue, selon Washington Tapia. 

C'est finalement l’œil avisé d'un garde du parc, Jeffeys Malaga qui a convaincu le scientifique, avec lequel il travaille depuis vingt ans, d'entreprendre des recherches sur l'île Fernandina. En 2014, le garde "a trouvé des selles et des empreintes de tortue", a expliqué le directeur du GTRI. La mission semble avoir a porté ses fruits. 

Une faune et un relief ancestraux

La femelle Chelonoidis phantasticus serait centenaire.
La femelle Chelonoidis phantasticus serait centenaire. Crédit : Rodrigo BUENDIA / AFP

Les tortues géantes sont arrivées il y a près de quatre millions d'années dans l'archipel volcanique des Galapagos, situé à 1.000 km des côtes d'Équateur. L'île, de 638 km2 de superficie, est inhabitée. Son terrain "impraticable", selon le garde local, est formé de lave pétrifiée, ce qui rend la marche difficile. "Fernandina n'est pas une île facile (...) cela implique une grande préparation ainsi que des coûts (d'exploration) très élevés", a précisé M. Tapia. 

Les chercheurs espèrent pouvoir rétablir l'espèce

Dans l'attente d'une nouvelle expédition sur Fernandina, la Chelonoidis phantasticus a été transférée au Centre d'élevage des tortues géantes sur l'île Santa Cruz. "Je suis convaincu que nous allons trouver d'autres individus et que cette espèce va avoir l'opportunité de se rétablir par un programme d'élevage en captivité", a assuré Washington Tapia. 

Si sa carapace en forme de selle de cheval modelée par le siècle écoulé, qui la différencie d'autres tortues géantes des Galapagos, correspond à la description de la Chelonoidis phantasticus, seule une analyse ADN confirmera qu'il s'agit bien de l'espèce endémique de cette île que les experts croyaient disparue.

Les scientifiques espèrent néanmoins qu'elle ne connaisse pas le même sort que George "le solitaire", emblème de l'archipel. Dernier exemplaire de son espèce, il est mort sans descendance en 2012 faute d'avoir accepté de s'accoupler avec des femelles d'espèces similaires. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Animaux Découverte Équateur
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants