1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. François Hollande "condamne" l'initiative des parlementaires français auprès du "dictateur" Bachar al-Assad
1 min de lecture

François Hollande "condamne" l'initiative des parlementaires français auprès du "dictateur" Bachar al-Assad

Le président de la République a vivement condamné la visite de quatre parlementaires français à Bachar al-Assad en Syrie en début de semaine.

François Hollande à Manille le 26 février 2015
François Hollande à Manille le 26 février 2015
Crédit : JAY DIRECTO / AFP
micro generique
La rédaction numérique de RTL
Journaliste

Le président François Hollande a "condamné" le déplacement en Syrie de quatre parlementaires français, dénonçant notamment leur rencontre avec "un dictateur", Bachar al-Assad.

"Cette initiative, je la condamne. Je la condamne parce qu'il s'agit d'une rencontre entre des parlementaires français qui n'ont été mandatés que par eux-mêmes avec un dictateur qui est à l'origine d'une des plus graves guerres civiles de ces dernières années, qui a fait 200.000 morts. 200.000 !" a déclaré le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse à Manille aux Philippines. Il a dénoncé cette rencontre - à laquelle ont participé trois des quatre parlementaires, le député PS Gérard Bapt n'y ayant pas assisté - "avec un dictateur qui a bombardé son propre peuple et qui a utilisé l'arme chimique pour détruire des vies humaines, des vies syriennes, des enfants, des femmes, des vieillards".

Pas de dialogue possible avec un dictateur

"La France a toujours dit qu'il ne pouvait pas y avoir de dialogue avec un dictateur qui utilise de telles armes et est à l'origine d'une telle guerre. Il y a d'autres façons d'aider la Syrie que d'aller rencontrer celui qui est responsable de cette désolation et ce n'est pas parce qu'il y a un groupe terroriste en Syrie, qui lui aussi commet le pire, massacre, tue, viole (...) que l'on pourrait faire je ne sais quel changement dans notre diplomatie", a-t-il ajouté. "Nous devons condamner ces deux forces, hélas, du mal, celle qui a provoqué la guerre et celle qui fait la guerre", a insisté François Hollande.

Le voyage de parlementaires français en Syrie où ils se sont entretenus avec Bachar al-Assad a continué de faire des vagues jeudi, le Premier ministre Manuel Valls condamnant une rencontre avec "un boucher", et le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis voulant sanctionner le député socialiste membre de la délégation.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/