1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : l'auteur de la fusillade dans le Tennessee n'avait pas été repéré
2 min de lecture

États-Unis : l'auteur de la fusillade dans le Tennessee n'avait pas été repéré

Apparemment sans histoire, Mohammad Youssuf Abdulazeez, 24 ans, a tué quatre militaires jeudi. La police s'intéressent désormais à ses déplacements au Moyen-Orient.

Mohammad Youssuf Abdulazeez
Mohammad Youssuf Abdulazeez
Crédit : HO / HAMILTON COUNTY SHERIFF'S OFFICE / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Qui aurait pu penser que Mohammad Youssuf Abdulazeez se lève un matin et décide de s'attaquer des bâtiments militaires ? Pas les autorités américaines en tous cas. Le jeune homme de 24 ans, qui a tué jeudi 16 juillet quatre militaire lors de son attaque contre un bureau de recrutement des Marines et un centre de réservistes de Chattanooga, dans le Tennessee, n'était en effet visiblement pas dans le collimateur des autorités a expliqué sur CNN, Andy Beke, le maire de cette ville de banlieue dans lequel vivait l'auteur de la fusillade.

"Nous n'avions de manière certaine aucune indication (permettant de signaler) qu'il était une menace ou qu'hier il allait se passer quelque chose", a ajouté l'édile, précisant que sa ville ne connaissait aucun problème de radicalisation avec sa communauté musulmane.

Le jeune homme, un ancien étudiant de l'université du Tennessee diplômé en ingénierie, né au Koweït et naturalisé américain, semblait avoir ouvert un blog qui ne contenait ni d'éléments montrant une radicalisation, ni de menaces. "La vie est courte et amère" et les musulmans ne devaient "pas laisser passer l'occasion de se soumettre à Allah", a-t-il par exemple récemment écrit, selon le site américain spécialisé SITE. Dans l'annuaire annuel de son lycée, il avait également laissé un commentaire: "mon nom déclenche des alertes à la sécurité nationale. Et le vôtre ?". Jusque-là rien de bien vraiment alarmant. Pas même ses "déboires" avec la police, qui l'avait arrêté une seule fois, en avril dernier, pour conduite en état d'ébriété.

Séjour suspect au Moyen-Orient

Les autorités tentent désormais d'expliquer le geste, évoqué par le procureur fédéral pour la région comme un possible acte de "terrorisme intérieur", ainsi que les éventuelles connexions de Mohammad Youssuf Abdulazeez, qui semble avoir agi seul. "Évidemment, la composante locale est importante, mais (...) les autorités examinent également quelles sont ses connexions partout ailleurs", a encore dit le maire Andy Beke, faisant allusion à d'éventuels liens avec des organisations de type Etat islamique ou al-Qaïda.

À lire aussi

Les enquêteurs du contre-terrorisme américain passent en revue les récents déplacements de Mohammad Youssuf Abdulazeez, et s'intéressent plus particulièrement à un séjour "suspect" d'un mois en Jordanie en 2014, cherchant notamment à savoir s'il s'est rendu dans des pays voisins à partir de là, selon le Wall Street Journal qui cite vendredi des sources proches de l'enquête. D'autres informations de presse font état d'un possible déplacement au Yémen.

Ali Soufan, ancien agent du FBI qui a traqué Al-Qaïda pendant de longues années et désormais consultant en sécurité, a estimé de son côté que "l'idéologie du Ben Ladenisme, reprise par les membres et les soutiens de (l'organisation) État islamique et d'autres groupes terroristes l'a aidé à appuyer sur la détente", faisant référence aux incitations à attaquer de l'intérieur les pays occidentaux.

Le calendrier de l'attaque, a-t-il ajouté, le dernier jour du ramadan, porte le sceau des appels de l'EI. Le Koweït a par ailleurs tenu à marquer sa distance vis-à-vis du jeune homme vendredi, indiquant par le biais de l'agence officielle Kuna que, s'il était bien né dans le pays, Mohammad Youssuf Abdelazeez "est Jordanien". "Il ne s'est rendu au Koweït qu'une fois entre le 31 mai et le 18 juin 2010", a expliqué le ministère de l'intérieur.

La rédaction vous recommande


 

 

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/