2 min de lecture Économie

États-Unis : Donald Trump va taxer l'acier et l'aluminium importés

ÉDITO - Le président américain Donald Trump a annoncé qu'il allait mettre en place une taxe de 25% sur l’acier importé par les États-Unis, et de 10% sur l’aluminium. Une décision qui fait des gagnants et des perdants.

LENGLET 245300 Lenglet-Co François Lenglet
>
États-Unis : Donald Trump va taxer l'acier et l'aluminium importés Crédit Image : AFP / MANDEL NGAN | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et La rédaction numérique de RTL

Donald Trump a décidé hier de se lancer dans la guerre commerciale. Il a annoncé qu’il allait appliquer désormais une taxe de 25% sur l’acier importé par les États-Unis, et de 10% sur l’aluminium, pour une très longue période de temps. Il devrait confirmer cela officiellement la semaine prochaine.

Et pour apposer ces taxes, il invoque une procédure d’exception, celle de la sécurité économique en état de guerre, comme si les intérêts vitaux des États-Unis étaient menacés. Une procédure internationale qui n’a pas été utilisée depuis des décennies, et qui est un peu une hache de guerre, désormais déterrée, dans la communauté internationale. 

Cela pourrait très probablement déclencher des mesures de rétorsion. Cette nuit, les responsables européens, la commissaire chargée du commerce à Bruxelles, ont prévenu qu’ils ne se laisseraient pas faire, et qu’ils prendraient à leur tour des mesures de sauvegarde. Pour les producteurs d’acier européens, Arcelor-Mittal chez nous, il y a en effet deux dangers. Un, voir nos marchés inondés par les surplus chinois à prix cassés. C’est la crainte en particulier des responsables politiques français. Et deux, voir nos exportations aux États-Unis pénalisées par ces nouvelles taxes. 

À lire aussi
Un homme qui travaille en suivant un plan de construction (photo d'illustration). économie
La France, le pays le plus attractif d’Europe pour les investisseurs étrangers

Faire face à la concurrence chinoise

Les États-Unis ont pris cette décision suite à une longue enquête de l’administration américaine, initiée par les producteurs d’acier locaux, exposés à une sérieuse concurrence sur le marché national, en particulier de la part des Chinois. Il y a aussi derrière cette initiative la patte de Wilbur Ross, le secrétaire au Commerce de l’administration Trump, qui représente le courant protectionniste du gouvernement américain. C’est un homme d’affaires richissime, qui a fait fortune en rachetant des entreprises en faillite et en les restructurant, notamment dans le secteur de l’acier. 

Le fait de se protéger du dumping chinois, c’est-à-dire d’une production d’acier ultra subventionnée par le gouvernement de Pékin, et donc vendue à un prix artificiellement bas, ça, c’est évidemment nécessaire. Mais ce qui est incompréhensible, c’est que la méthode choisie par Donald Trump vise tous les producteurs du monde, et notamment ceux qui jouent le jeu.

Il y a des gagnants et des perdants

Les conséquences, outre l’escalade qu’on pourrait connaître sur ces produits et sur d’autres, pourrait, paradoxalement, de pénaliser d’autres secteurs de l’industrie américaine. En particulier l’industrie automobile et ses 7 millions d’emplois. Cette nuit, le constructeur auto nippon Toyota a ainsi prévenu que le prix des voitures pourraient grimper sensiblement, à cause de l’augmentation du prix de l’acier avec lequel les voitures sont faites.

Ces mesures ne sont donc pas utiles pour tout le monde. Comme toujours en économie, toute décision fait des gagnants et des perdants : il n’y pas de politique optimale. Et des perdants de l’opération, il y en a aussi à l’intérieur du pays. Une étude a ainsi calculé que la dernière fois que les États-Unis ont déclenché la guerre de l’acier, c’était en 2002, avec George Bush père, cela avait coûté 200.000 emplois à l‘économie nationale.

Les gagnants, on les connaît, ce sont les producteurs d’acier et d’aluminium américains, dont les actions ont d’ailleurs fortement progressé hier à Wall Street. Donald Trump attend certainement aussi un bénéfice politique de cette opération, en se présentant comme le sauveur de l’industrie traditionnelle, alors que, c’est un paradoxe, le déficit commercial américain n’a fait que se creuser depuis son élection, lui qui se présentait comme le champion du patriotisme économique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie États-Unis Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792470333
États-Unis : Donald Trump va taxer l'acier et l'aluminium importés
États-Unis : Donald Trump va taxer l'acier et l'aluminium importés
ÉDITO - Le président américain Donald Trump a annoncé qu'il allait mettre en place une taxe de 25% sur l’acier importé par les États-Unis, et de 10% sur l’aluminium. Une décision qui fait des gagnants et des perdants.
https://www.rtl.fr/actu/international/etats-unis-donald-trump-va-taxer-l-acier-et-l-aluminium-importes-7792470333
2018-03-02 10:41:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/n8Ryw0bWxoTsL3Vi18RyMA/330v220-2/online/image/2018/0223/7792387907_le-president-americain-donald-trump-le-22-fevrier-2018.jpg