3 min de lecture Affaire Snowden

Affaire Snowden : révélations, demande d'asile... ce qu'il faut savoir

ÉCLAIRAGE - Edward Snowden, le lanceur d'alerte le plus célèbre de l'histoire, a réitéré sa demande d'asile à la France. Il est à la tête de la découverte d'un programme de surveillance de masse du gouvernement américain.

Le consultant de la NSA Edward Snowden le 6 juin 2013.
Le consultant de la NSA Edward Snowden le 6 juin 2013. Crédit : The Guardian / AFP
Nicolas Barreiro

Six ans après, l'affaire Snowden continue de faire parler. Elle désigne l'un des plus grands scandales que les services de renseignements américains aient connu, la plus grosse fuite de leur histoire. Edward Joseph Snowden, un jeune informaticien, a révélé au monde entier les détails de plusieurs programmes de surveillance de masse américains et britanniques.

Le lanceur d'alerte le plus célèbre au monde publie son autobiographie, Mémoires Vives, le mardi 17 septembre. Né le 21 juin 1983 à Elizabeth City, en Caroline du Nord, Edward Snowden est un as dans son domaine. Talentueux, il est repéré par la CIA en 2004, alors qu'il n'a que 21 ans. Il rejoint donc les services secrets américains, qui l'affectent à Genève, en Suisse, où il s'occupe de la "mise en réseau de tous les systèmes informatiques clandestins de la CIA en Europe", indique Le Monde.

Deux ans plus tard, Snowden rejoint la NSA, l'Agence de Sécurité Nationale, en tant que sous-traitant. Il gravit rapidement les échelons au sein de l'agence, ses collègues le considéraient même comme un "génie". Il acquiert donc certains droits et un large accès aux dossiers de l'agence. 

L'informaticien américain découvre alors, par hasard, un document secret et commence à mener son enquête. Ce qu'il découvre tout simplement démesuré. La NSA a développé, depuis des années, un immense programme de surveillance des communications. 

Des révélations fracassantes

À lire aussi
Le consultant de la NSA Edward Snowden le 6 juin 2013. affaire Snowden
Snowden : contrairement à Belloubet, l'Élysée n'envisage pas de l'accueillir en France

Une fois toutes les informations possibles récoltées, Edward Snowden s'envole pour Hong Kong, où il attend deux journalistes pour leur faire part de sa découverte. Dans la nuit du jeudi au vendredi 7 juin 2013, le quotidien britannique The Guardian révèle le scandale au public.

Le jeune américain a mis en garde le monde entier contre des programmes de surveillance en ligne comme PRISM ou XKeyscore, ce dernier est créé par la NSA elle-même. Ce programme est alors utilisé par les services de renseignement de plusieurs pays, surnommés les "Five Eyes", les services britanniques, australiens, américains, canadiens et néo-zélandais.

Ses révélations ont également mis en lumière le programme GENIE, qui espionne les équipements informatiques à l'étranger mais aussi la surveillance de câbles sous-marins de télécommunications intercontinentales et d'institutions internationales comme le Conseil européen à Bruxelles ou le siège des Nations Unies.

Snowden, alors devenu lanceur d'alerte, explique au Guardian que n'importe qui peut être visé par ce programme de surveillance. Il fait comprendre au monde entier que "le gouvernement ne faits plus de la surveillance ciblée, mais de la surveillance de masse", comme il l'explique pour France Inter.

En quête d'asile

Edward Snowden se trouve alors toujours à Hong Kong lorsque son enquête est révélée par tous les journaux à travers le monde. L'informaticien souhaite se rendre en Equateur. Il prend alors l'avion et, au même moment le gouvernement américain fait invalider son passeport.

Le lanceur d'alerte se retrouve alors bloqué à l'aéroport de Moscou pendant un mois, à attendre que la Russie lui accorde l'asile dans son pays. Il n'y a pas bougé depuis, cela fait désormais 6 ans qu'Edward Snowden réside à Moscou. Il assure pourtant y mener une vie assez ordinaire.

Pourtant ce n'est pas la Russie qu'il a choisi. Il a assuré lors d'une interview pour France Inter, qu'il "aimerait beaucoup" obtenir l'asile en France. "J'ai déjà demandé l'asile en France en 2013 sous François Hollande", rappelle-t-il, avant d'ajouter "évidemment, j'aimerais beaucoup que M. Macron m'accorde le droit d'asile".

Le débat divise d'ailleurs l'Élysée, Nicole Belloubet s'est dit favorable à l'idée d'accueillir Snowden en France, dans Le Grand Jury le dimanche 15 septembre. Mais un conseiller d'Emmanuel Macron est revenu sur les propos de la garde des Sceaux, rappelant qu'il s'agissait d'une position personnelle et que "rien n'est tranché".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Affaire Snowden États-Unis Espionnage américain
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants