2 min de lecture États-Unis

États-Unis : Donald Trump n'est pas le bienvenu à Los Angeles

La ville de Californie s'oppose à la politique anti-immigration que mène le président américain.

micro generique Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Un Air d'Amérique du 25 mai 2017 Crédit Image : Daniel SLIM / AFP | Crédit Média : Philippe Corbé | Durée : | Date : La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
Journaliste RTL

La ville de Los Angeles entre en "résistance" contre Donald Trump. La raison n'est pas simplement que Donald Trump est un pur New Yorkais, par son accent, par ses manières un peu arrogantes. Même s’il a un grand golf à son nom au bord du Pacifique, même s’il possède une magnifique villa à Beverly Hills, même si sa fille Tiffany, qu’il a eue avec sa seconde épouse, a grandi à Los Angeles, Donald Trump n’est pas vraiment le bienvenu : il a recueilli à peine 22% des voix lors de l’élection en novembre. Dans certains quartiers, c’était à peine 10 %.

En fait, les Angelenos, les habitants de Los Angeles, et plus généralement des grandes villes de Californie - San Diego, San Jose, Oakland, San Francisco - ont l’impression que le nouveau président incarne le contraire des valeurs qu’il mettent en avant : l’ouverture, la diversité, l’optimisme. Au point que des Californiens font ouvertement campagne pour un "Calexit" - comme Brexit, mais pour la Californie. Il s'agit donc de la réclamation de l’indépendance de la Californie par rapport au reste des États-Unis.

Une main-d'oeuvre immigrée qui fait de la Californie une puissance mondiale

Ce "Calexit" n’arrivera pas, mais il est vrai que la Californie, en elle-même, est puissante : l’État est plus grand que l’Allemagne et son PIB a dépassé en 2016 celui de la France. C’est à dire que les 40 millions de Californiens produisent plus de richesse que les 66 millions de Français. Et les Californiens sont convaincus qu’ils doivent une bonne partie de leur richesse à l’immigration.

Nombreux exemples s'illustrent avec les ingénieurs d’Apple et Google, deux géants mondiaux fondés par des enfants d’immigrés, les créateurs du monde entier qui depuis un siècle viennent tenter le rêve américain à Hollywood, mais aussi les nombreux ouvriers agricoles qui travaillent dans les immenses exploitations de Californie du Sud. Cette main-d’oeuvre immigrée, qualifiée, ou peu qualifiée, c’est notamment cela qui contribue à faire de la Californie une puissance mondiale. C’est pour cela que les électeurs y ont rejeté en masse le programme anti-immigration de Donald Trump.

Refus d'arrêter les sans-papiers

À lire aussi
À New York, les manifestants ont défilé dans la rue pour réclamer justice après la mort de Breonna Taylor, le 23 septembre 2020. racisme
États-Unis : nouvelle poussée de tensions raciales autour de l'affaire Breonna Taylor

Et les Californiens ont bien compris qu'ils n'étaient pas obligés de s'y plier. La ville de Los Angeles en elle-même abrite 10% des sans-papiers en Amérique, cela fait plus d’un million de personnes, souvent venues d’Amérique latine, notamment du Mexique, tout proche. Sans eux, la ville ne pourrait plus fonctionner. Donc dès l’élection de Trump, le maire et le chef de la police ont dit qu’ils refuseraient d’arrêter les sans-papiers

Car à Los Angeles pour expulser un sans-papier, ce sont les policiers ou les shérifs locaux qui doivent s’en charger, et ensuite remettre les immigrés clandestins aux autorités fédérales qui les expulsent. "Pas question" dit Los Angeles, fier d’être l’une des "villes sanctuaires" comme on les appelle, car il y en a d’autres. Trump, furieux, veut couper dans les subventions, mais Los Angeles est prête à payer le prix, s’il le faut, pour continuer sa "résistance" contre le président.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Californie Los Angeles
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants