1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : Donald Trump estime que le monde serait meilleur si Saddam Hussein et Kadhafi étaient encore en vie
1 min de lecture

États-Unis : Donald Trump estime que le monde serait meilleur si Saddam Hussein et Kadhafi étaient encore en vie

Le candidat à la primaire républicaine n'en est pas à sa première sortie.

Donald Trump lors du deuxième débat de la primaire du parti républicain
Donald Trump lors du deuxième débat de la primaire du parti républicain
Eléanor Douet & AFP

C'est définitif, Donald Trump dit vraiment tout ce qu'il pense. Il s'est encore illustré dans une interview diffusée dimanche 25 octobre sur CNN. Selon lui, le monde se porterait nettement mieux si les anciens dictateurs irakien Saddam Hussein et libyen Mouammar Kadhafi étaient toujours au pouvoir. "Sans nul doute !", a répondu le candidat à la primaire républicaine qui aura lieu en 2016 aux États-Unis. "Regardez l'Irak. Avant, il n'y avait pas de terroristes en Irak. Il (Saddam Hussein) les tuait immédiatement. L'Irak est maintenant devenu l'université d'excellence du terrorisme", a affirmé le milliardaire américain. 


Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi ont respectivement été renversés en 2003 et en 2011, après des interventions menées ou soutenues par les États-Unis. "Franchement, désormais il n'y a plus d'Irak ni de Libye. Ils ont volé en éclats. Il n'y a plus aucun contrôle. Personne ne sait ce qui se passe", a poursuivi Donald Trump. Le candidat républicain a même estimé que l'Amérique faisait face à un retour à "l'époque médiévale", avec des violences au Moyen-Orient d'une brutalité inédite. "Les gens sont décapités, les gens sont noyés dans des cages. C'est pourquoi je veux renforcer notre armée. Nous en avons besoin aujourd'hui plus que par le passé."

Des reproches à Hillary Clinton

Donald Trump a également descendu en flèche la politique menée par Hillary Clinton et Barack Obama. "La Libye est une catastrophe. L'Irak est une catastrophe. La Syrie est une catastrophe. Tout le Moyen-Orient. Cela a complètement explosé sous Hillary Clinton et sous Obama", a-t-il affirmé. Une pique franche à la politique étrangère de l'administration Obama et à sa rivale démocrate dans la course à la Maison Blanche, qui fut secrétaire d'État de 2009 à 2013. "Je ne la considère pas comme une ennemie. C'est une adversaire. Elle peut facilement être battue si on se réfère à son bilan", a expliqué Donald Trump. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/