3 min de lecture États-Unis

États-Unis : des tests ADN pour réunir enfants et parents sans-papiers

L'administration Trump a admis utiliser des tests ADN pour réunir les familles de migrants. Une énième polémique qui risque d'enflammer de nouveau le débat politique.

Migrants : l'administration américaine souhaite rendre tous les enfants à leurs parents d'ici le 26 juillet prochain.
Migrants : l'administration américaine souhaite rendre tous les enfants à leurs parents d'ici le 26 juillet prochain. Crédit : DENIS CHARLET / AFP
Leia Hoarau
Leia Hoarau
Journaliste

Aux États-Unis, depuis le mois de mai, 3.000 mineurs ont été séparés de leurs parents migrants dans le cadre de la loi sur l'immigration. Les plus jeunes ont été placés en centre d'hébergement pour enfants en bas-âge, quelques fois à des milliers des kilomètres des centres de rétention de leurs parents inculpés pour entrée illégale dans le pays. Des pratiques jugées inadmissibles par les démocrates, l'ONU, les associations de défense des migrants, et même les républicains eux-mêmes. 

Face à ce tollé, Donald Trump a signé, le 20 juin dernier, un décret stipulant la fin des séparations familiales. Le nouvel objectif du gouvernement américain est de rendre aux familles les enfants de moins de 5 ans d'ici mardi, et les autres mineurs avant le 26 juillet prochain

Pour cela, une pratique controversée a été mise en place : l'administration Trump a admis effectuer des tests ADN pour permettre de réunir plus rapidement les familles. 

Un tribunal de San Diego, qui a également ordonné la réunification des familles, a demandé au gouvernement de "faire face aux circonstances chaotiques qu'ils a créées". Alex Azar, le ministre de la Santé, expliquait ainsi le nécessaire recours aux tests ADN : "Afin de respecter la date butoir du tribunal, le ministère de la Santé a dû réduire (ses procédures habituelles) a un processus plus expéditif".

Une pratique largement décriée

À lire aussi
L'Empire State Building dans le centre de Manhattan le 26 octobre 2019 à New York. États-Unis
Coronavirus : l'Empire State Building transformé en gyrophare géant

Le recours aux tests ADN passe mal auprès des associations de défense des migrants. Selon elles, cette pratique témoignerait de l'incompétence de l'administration Trump. La directrice de communication de l'organisation Raices, Jennifer K. Falcon, a déclaré dans un communiqué : "Cela pourrait permettre au gouvernement de surveiller ces enfants pendant le restant de leurs jours (...) C'est une nouvelle preuve de l'incompétence de l'administration et une admission de culpabilité (...) Ils n'ont jamais recensé correctement parents et enfants".

De son côté, le gouvernement s'est défendu. Jonathan White, le responsable des opérations d'urgence au ministère de la Santé a expliqué que ces tests sont pratiqués uniquement lorsque les documents d'identification ne sont pas fiables ou inexistants, et dans le cadre de la réunification des familles. “Nous conduisons des tests ADN pour confirmer le lien de parenté rapidement et rigoureusement”, a également précisé Alex Azar. 

Réformer les lois d'immigration en urgence

Dans cette course contre la montre, le président américain s'est exprimé sur les réseaux sociaux. 

Dans des tweets véhéments, il s'est indigné de la lenteur des procédures. "Les forces de l'ordre font du bon travail, mais les lois avec lesquelles elles sont forcées de travailler sont insensées. Lorsque des personnes, avec ou sans enfants, entrent dans notre pays, il faut leur dire de partir sans que notre pays soit obligé de subir un procès long et coûteux."

Donald Trump a exhorté le gouvernement à réformer d’urgence les lois sur l’immigration, pour pouvoir renvoyer immédiatement les clandestins qui passent la frontière américaine, afin d’éviter les problèmes de séparation entre enfants et parents. "Congrès - REVOYEZ NOS LOIS INSENSÉES SUR L'IMMIGRATION MAINTENANT !".

Mais malgré l'urgence de la situation et même s'ils sont majoritaires à la Chambre des représentants et au Sénat, les républicains peinent à faire réformer les lois. Au début de l'année, deux projets de loi de réforme sur l'immigration ont été rejetés par les sénateurs. L'un d'eux prévoyait notamment la construction d'un mur entre les Etats-Unis et le Mexique.

La rédaction vous recommande

 

Lire la suite
États-Unis ADN Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants