2 min de lecture États-Unis

États-Unis : Asher, le bébé trisomique devenu mannequin

Asher, 16 mois, est devenu l'égérie d'une enseigne américaine de prêt-à-porter grâce au combat mené par sa mère.

Micro générique Switch 245x300 Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
États-Unis : Asher, le bébé trisomique devenu mannequin Crédit Image : Page Facebook de Meagan Richter Nash | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
et Loïc Farge

Depuis sa naissance il y a 16 mois, Meagan Nash a toujours su qu’il y avait quelque chose de spécial chez son petit Asher. Qu'il avait quelque chose en plus. Et ce n'était pas seulement ce chromosome supplémentaire à l’origine de sa trisomie 21. Non, ce qu’il a en plus, c’est la joie qui se dégage de lui, un éclair dans les yeux, une bouille qui donne envie à tous ceux qui le croisent de sourire. Cet enfant irradie de bonheur, ça se voit. Et il aime ça. Il adore capter l’attention des gens, et ça donne des photos de lui très drôles.

À force d’entendre dire que son fils était vraiment craquant, Meagan a envoyé une série de photos à une agence qui recherchait des tout petits pour la campagne de pub d’une grande marque de vêtements pour enfants. L’agence lui a répondu immédiatement qu’elle n’allait pas soumettre à son client les photos du petit Asher, car la marque ne cherchait pas un enfant handicapé. Cela a mis en colère Meagan, qui ne voyait pas pourquoi son fils était ainsi rejeté à cause de ce chromosome. Donc elle a raconté cette histoire sur Facebook, en diffusant des photos du petit Asher.

Évidemment, il est tellement mignon que tout le monde a trouvé ça absurde. Le message a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux pendant des semaines. Ce qui montre que le regard de la société a changé. La grande marque de vêtements pour enfants a contacté Megan pour lui proposer que Asher devienne le nouveau visage de l’entreprise. On voit donc sa petite bouille marrante dans le catalogue et les publicités pour la nouvelle collection.

Une part de marketing

C’est un beau symbole, car dans une grossesse sur 700 le fœtus est porteur de ce chromosome. Il y a davantage de naissances d’enfants trisomiques ici aux États-Unis qu’en Europe, car dans un tiers des cas la maman choisit de mener la grossesse à terme - en Europe, c'est moins d’une fois sur dix. Cela tient notamment à des raisons religieuses (l’avortement reste un sujet controversé ici), mais pas seulement. Cette histoire montre que la société américaine a une approche différente des handicapés, qu’elle regarde comme une minorité, comme les noirs, les latinos, les homos, qui doivent être visibles.

À lire aussi
Comment nous désintoxiquer des écrans ? santé
États-Unis : les Américains passent près de 44 ans de leur vie devant leurs écrans

Des enfants trisomiques ont tourné des publicités pour les jouets Fisher Price, McDonald’s ou l’une des grandes enseignes de supermarché. Il y a aussi des enfants qui ont un handicap physique, comme une petite fille avec des cannes habillée en princesse dans un catalogue de déguisements. Et ce n’est pas de la charité. C’est aussi, et peut-être surtout, du marketing. Ces marques ne cachent pas que ça leur permet de véhiculer un message d’ouverture, de diversité, d’authenticité, d’inclusion comme on dit ici, qui est très populaire auprès des jeunes générations.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Amérique du Nord Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants