1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. État islamique : l'Allemagne veut envoyer 1.200 soldats
1 min de lecture

État islamique : l'Allemagne veut envoyer 1.200 soldats

L'Allemagne va mobiliser 1.200 soldats en Syrie et fournira des avions pour lutter contre les jihadistes de l'Etat islamique.

La chancelière allemande Angela Merkel et la ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen.
La chancelière allemande Angela Merkel et la ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen.
Crédit : ODD ANDERSEN / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Après les attentats de Paris du 13 novembre, l'Allemagne, jusqu'ici réticente à intervenir en Syrie, a assuré la France de tout son soutien. Elle devrait mobiliser quelque 1.200 soldats, ce qui en fera la mission la plus importante en cours à l'étranger. Elle a annoncé qu'elle allait notamment déployer une frégate et fournir des avions de reconnaissance et de ravitaillement dans le cadre des bombardements effectués sur des cibles jihadistes en Syrie.

Le conseil des ministres doit adopter mardi les grandes lignes de cette intervention qui devra ensuite encore être soumise au feu vert des députés. Berlin a promis d'agir vite.

L'armée syrienne associée à la lutte internationale contre l'Etat islamique

La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, s'est montrée ouverte à la participation de troupes syriennes du président Bachar al-Assad à la lutte internationale contre l'organisation Etat islamique, rejoignant ainsi la position de la France. "Il y a des parties des troupes en Syrie que l'on peut tout à fait prendre, comme dans le cas de l'Irak où a eu lieu avec succès la formation de troupes locales", a affirmé la ministre conservatrice dimanche soir sur la chaîne de télévision publique ZDF. Elle a toutefois insisté sur le fait qu'il n'y aura "pas d'avenir avec Assad, cela est clair".

Fabius envisage la participation forces du régime syrien contre Daesh

La France, qui a désormais pour priorité en Syrie la lutte contre l'EI, avait pour la première fois envisagé vendredi d'associer les forces du régime syrien, tout en soulignant qu'une telle coopération ne pouvait s'inscrire que dans le cadre d'une transition politique. Laurent Fabius s'était dit pour qu'une coalition engage une offensive terrestre en réunissant des forces de l'Armée syrienne libre (ASL), des militaires d'autre pays arabes sunnites "et pourquoi pas des forces du régime", avait-il dit sur RTL

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/