5 min de lecture Espionnage américain

Espionnage américain : ce qu'il faut savoir pour comprendre l'affaire des écoutes des présidents français

ÉCLAIRAGE - WikiLeaks a dévoilé des informations sur des écoutes de personnalités françaises réalisées par la NSA. Les trois derniers présidents de la République sont concernés.

L'ancien président Nicolas Sarkozy
L'ancien président Nicolas Sarkozy Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Romain Renner
Romain Renner
Journaliste RTL

Selon les notes de WikiLeaks publiées par Médiapart et Libération, qui se sont procurés les documents confidentiels de la National Security Agency (NSA), les États-Unis auraient mis successivement sur écoute les trois derniers présidents françaisJacques ChiracNicolas Sarkozy et François Hollande pendant près d'une décennie, de 2006 à 2012. Outre les trois derniers présidents français, dont celui en activité, ce sont d'autres responsables politiques, des ministres, des conseillers présidentiels, des diplomates, des porte-paroles ou encore des directeurs d'administration qui ont fait l'objet d'écoutes téléphoniques.

Rien n'indique que les écoutes, censées s'être déroulées entre 2006 et 2012, se soient limitées à cette période. Selon les révélations de WikiLeaks, elles pourraient en effet avoir commencé avant la date indiquée et pourraient de facto s'être prolongées au-delà de l'année d'élection de François Hollande.

>> EN DIRECT - Suivez les dernières évolutions de l'affaire sur notre live

Un Conseil de défense réuni à l'Élysée

Dans la foulée de ces révélations, l'Élysée a annoncé la tenue d'un Conseil de défense autour de François Hollande. Manuel Valls, Laurent Fabius, Bernard Cazeneuve, Stéphane Le Foll ainsi que les principaux responsables militaires et des services de renseignement ont participé à cette réunion. Le Conseil condamne "des faits inacceptables" et a réclamé le "strict respect" des engagements de Washington. "La France ne tolérera aucun agissement mettant en cause sa sécurité", déclare l'Élysée.

À lire aussi
Le consultant de la NSA Edward Snowden le 6 juin 2013. affaire Snowden
Affaire Snowden : révélations, demande d'asile... ce qu'il faut savoir

Selon l'entourage de Laurent Fabius, l'ambassadrice américaine à Paris a été convoquée par le ministre des Affaires étrangères à l'issue de la réunion du Conseil de défense.

La France outrée mais soucieuse de préserver les relations franco-américaines

Selon Stéphane Le Foll, "il est difficile d'accepter qu'entre alliés (...), il puisse y avoir ce genre de pratiques, en particulier sur des écoutes liées au président de la République". Même son de cloche du côté de Claude Guéant, qui considère au micro de RTL qu'il y a "une rupture du pacte de confiance" entre les deux pays.

Il y a une rupture du pacte de confiance

Claude Guéant à propos de #WikiLeaksElysee
Partager la citation

L'ancien conseiller de l'Élysée, qui a, lui aussi, été écouté, attend une réaction forte du gouvernement. Une demande également formulée par François Baroin et Florian Philippot, interrogé par RTLLe vice-président du Front national estime toutefois qu'il est impossible que les autorités françaises n'aient pas été au courant de ces écoutes.

Ce n'est pas pour autant que l'on va entrer dans une crise

Stéphane Le Foll à propos de #WikiLeaksElysee
Partager la citation

Claude Guéant et Stéphane Le Foll s'accordent toutefois sur l'importance de conserver des bonnes relations avec l'allié américain. "Ce n'est pas pour autant que l'on va entrer dans une crise", affirme le porte-parole du gouvernement. "Nos relations ne doivent pas être entachées par ce scandale", confirme l'ancien ministre de l'Intérieur.

>
WikiLeaks : "Il y a là une rupture du pacte de confiance", estime Claude Guéant Crédit Image : RTL | Crédit Média : Philippe Corbé | Durée : | Date :

Pas de révélations fracassantes

Les informations qui ont filtré sur les écoutes de la NSA ne contiennent pas d'éléments sensibles. L'une des notes concernant François Hollande est datée au 22 mai 2012, soit quelques jours seulement après sa prise de fonction à l'Élysée. La NSA retrace alors une conversation entre le Président et son premier ministre de l'époque, Jean-Marc Ayrault, au sujet de la crise grecque et révèle que François Hollande aurait "accepté la tenue de réunions secrètes à Paris pour discuter de la crise dans la zone euro, et particulièrement des conséquences d'une sortie de la Grèce".

La NSA rapporte également que ces réunions officieuses se tenaient en présence du SPD allemand, alors dans l'opposition de la chancelière Angela Merkel, avec qui une relation vacillante était alors dépeinte. Le président français aurait d'ailleurs dit toute sa déception après le premier entretien avec la dirigeante allemande qualifié de "purement pour le spectacle" sans "parvenir à rien de substantiel".

Une autre note, datée du 30 octobre 2008, concerne Nicolas Sarkozy. L'actuel président du parti des Républicains est alors chef de l'État et la France préside le conseil de l'Union Européenne pour le second semestre. Si Médiapart ne peut certifier la provenance de la source (écoutes ou interceptions de conversations), la note prête à Nicolas Sarkozy des propos incriminant les États-Unis pour la crise financière qu'il lui appartiendrait personnellement de résoudre en Europe. 

Le président Sarkozy (...) croit que Washington suit certains de ses conseils

Note de la NSA datant d'octobre 2008
Partager la citation

"Le président Nicolas Sarkozy considère qu'il est de sa responsabilité envers l'Europe et le monde de monter au créneau et de résoudre la crise financière. Il a ensuite déclaré qu'il était le seul, étant donné la présidence française de l'UE, qui peut se jeter dans la  bataille à ce moment. Le président impute nombre des problèmes économiques actuels à des erreurs commises par le gouvernement américain mais croit que Washington suit désormais certains de ses conseils", est-il expliqué.

Un faible démenti américain

"Nous ne ciblons pas et nous ne ciblerons pas les communications du président Hollande", indique Ned Price, porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC), sans autres précisions sur les opérations qui ont pu être menées dans le passé. "Nous travaillons étroitement avec la France sur tous les sujets de dimension internationale et les Français sont des partenaires indispensables", ajoute-t-il.

Nous ne ciblons pas et nous ne ciblerons pas les communications du président Hollande

Ned Price, porte-parole du NSC américain
Partager la citation

Des systèmes de communication sécurisés

Les révélations de WikiLeaks concernant les écoutes des présidents français par la NSA pose également la question de la sécurisation des conversations des plus hauts responsables de l'État. La règle numéro un, valable pour tous les diplomates, ministres et présidents de la République, c'est de n'avoir aucune conversation sensible sur une ligne qui n'est pas protégée. Depuis 2010, ces personnalités disposent d'ailleurs de portables un peu massifs développés par la société Thalès appelés Théorème.

Ces systèmes sont cependant lourds et pas très commodes. Les personnalités qui devraient en faire usage utilisent d'ailleurs un peu trop souvent leurs smartphones non-sécurisés. Le secrétariat général de la Défense s'est souvent inquiété de la porosité des appareils type Blackberry, téléphone que ne voulait pas abandonner Nicolas Sarkozy. Il est également de notoriété publique que François Hollande fait un grand usage de son smartphone pour envoyer des SMS. Selon la sécurité du président de la République, rien de stratégique ne transite par ces lignes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Espionnage américain États-Unis François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7778857182
Espionnage américain : ce qu'il faut savoir pour comprendre l'affaire des écoutes des présidents français
Espionnage américain : ce qu'il faut savoir pour comprendre l'affaire des écoutes des présidents français
ÉCLAIRAGE - WikiLeaks a dévoilé des informations sur des écoutes de personnalités françaises réalisées par la NSA. Les trois derniers présidents de la République sont concernés.
https://www.rtl.fr/actu/international/espionnage-americain-ce-qu-il-faut-savoir-pour-comprendre-l-affaire-des-ecoutes-des-presidents-francais-7778857182
2015-06-24 12:14:31
https://cdn-media.rtl.fr/cache/b1ri0EQbDH03rZUdi7Nslg/330v220-2/online/image/2015/0624/7778859082_nicolas-sarkozy.jpg