1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Attentat au Caire : l'État islamique revendique l'attaque contre le consulat d'Italie
1 min de lecture

Attentat au Caire : l'État islamique revendique l'attaque contre le consulat d'Italie

Une violente explosion a touché, ce samedi 11 juillet, le consulat italien en Égypte, tuant une personne et faisant neuf blessés.

Attentat au Caire : l'État islamique revendique l'attaque contre le consulat d'Italie
Attentat au Caire : l'État islamique revendique l'attaque contre le consulat d'Italie
Crédit : MOHAMED EL-SHAHED / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Le groupe jihadiste État islamique a revendiqué l'attentat contre le consulat italien au Caire qui a fait samedi un mort et neuf blessés, selon le centre de surveillance des sites islamistes SITE. "Les soldats de l'EI ont pu faire détoner une voiture piégée de 450 kg d'explosifs" devant le consulat d'Italie, selon un communiqué de l'organisation jihadiste, publié sur Twitter et diffusé par SITE.
L'explosion, survenue aux environs de 06h30 locales, a soufflé en partie la façade du bâtiment, qui était fermé au moment de la déflagration.  Un haut responsable de la sécurité avait auparavant indiqué à l'agence de presse officielle Mena "qu'une bombe avait été déposée sous une voiture garée près du consulat". Il s'agit du premier attentat visant une mission diplomatique depuis le début il y a deux ans d'une vague d'attaques jihadistes en Égypte. "Nous conseillons aux musulmans de rester éloignés de ces nids de sécurité qui sont des cibles légitimes pour les moujahidine", a affirmé le communiqué de l'EI.

L'Italie ne se laisse pas intimider"

Après l'attaque, le ministre italien des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, a annoncé que son pays ne se laisserait "pas intimider" par l'attentat, précisant qu'il n'y avait pas de victime italienne. "Bombe contre notre consulat au Caire, il n'y a pas de victime italienne. Nous sommes proches des personnes touchées et de notre personnel. L'Italie ne se laisse pas intimider", a déclaré le ministre sur son compte Twitter.

Depuis que l'armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en 2013, les attaques jihadistes se sont multipliées en Égypte, visant principalement les forces de l'ordre. Elles sont revendiquées par des groupes qui disent agir en représailles à la sanglante répression qui s'est abattue sur les pro-Morsi.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/