1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. ÉDITO - Allemagne : des changements à venir après la démission du représentant de la BCE
2 min de lecture

ÉDITO - Allemagne : des changements à venir après la démission du représentant de la BCE

C'est un changement important qui a eu lieu en Allemagne. Le représentant allemand du conseil de la Banque Centrale Européenne a démissionné.

Les bureaux de la Banque Centrale Européenne à Francfort, Allemagne.
Les bureaux de la Banque Centrale Européenne à Francfort, Allemagne.
Crédit : Daniel ROLAND / AFP
Du changement en Allemagne
03:36
Du changement en Allemagne
03:36
François Lenglet - édité par Charlotte Diry

L'événement est passé inaperçu la semaine dernière en Allemagne. Pourtant, il n'est pas des moindres. Jens Weidman, représentant allemand au conseil de la Banque Centrale Européenne (BDE) a démissionné. Il était ce qu’on appelle un "faucon". Partisan de la rigueur budgétaire, opposé à la prolongation des grands programmes de soutien monétaire que la Banque Centrale Européenne apporte aux pays du sud. Ce sont des milliers de milliards d’euros prêtés à l’Italie, la France, l’Espagne, le Portugal et la Grèce. Ceux que les Allemands appelaient naguère, de façon méprisante, le "Club Med".

Weidman a quitté son poste en partie parce que la ligne qu’il défend a été défaite par l’autre camp au sein de la BCE, celui des "colombes", laxistes, qui ont désormais la main. Après le soutien pendant la crise Covid-19, la présidente de la BCE, Christine Lagarde, envisage désormais de financer la transition énergétique. Pour un Allemand, c’est hérétique.

On peut quand même se demander si l'Allemagne est est aussi rigoureuse qu'avant. D’autant que déjà l’année dernière, Angela Merkel, la chancelière de droite, sur le départ, avait finalement accepté le grand plan de relance européen, que l’Allemagne finance, ou garantit au plan budgétaire, en large partie. Ça aussi, c’était hérétique. Cela ne se serait jamais vu du temps du Deutsche Mark, la monnaie nationale outre-Rhin.

Un nouveau gouvernement en préparation

Là aussi il y a du changement. Cette future coalition dirigée par les sociaux-démocrates, le centre gauche, vient de publier un texte où elle précise ses intentions. Le texte fait l’apologie de l’investissement public massif, dans le numérique et l’énergie renouvelable. C’est une révolution idéologique en Allemagne. Dans ce texte, il y a bien quelques génuflexions à propos des finances publiques saines. Mais la liste des nouvelles dépenses est impressionnante, alors que les auteurs du texte garantissent qu’il n’y aura pas de hausse d’impôt. Donc il y aura plus de dette.
 
C'est donc une bonne nouvelle pour Paris puisque les Allemands seront peut-être moins critiques sur l’état de nos finances. On peut d’ailleurs se demander si c’est une bonne chose, car les remontrances de l’Allemagne étaient le seul frein à l’endettement pour les Français. Pour autant, les relations avec le futur gouvernement ne seront pas sans conflit.

Certains sujets qui fâchent

À écouter aussi

Tout ne sera pas sans encombre, puisque quelques points seront sujets au conflit. Le nucléaire tout d’abord, que la France s’apprête à relancer, alors que l’Allemagne confirme son échappée dans les renouvelables. Outre-Rhin, toutes les toitures neuves devront être recouvertes de panneaux solaires, 2% du territoire sera réservé aux éoliennes terrestres et les maritimes seront développées sur la Baltique. Le but de Berlin est de faire proscrire définitivement le nucléaire des financements internationaux, un casus belli pour Paris. 

Les ventes d’armes ensuite font elles aussi, parties des sujets qui fâchent. Nous avons besoin, je cite, de "règles plus contraignantes pour une politique restrictive en matière d’exportation d’armes", dit le texte commun. Là encore, inadmissible pour la France, l’un des premiers vendeurs d’armes au monde. 

La défense européenne, si elle fait l’objet d’un engagement plus marqué de la part de cette nouvelle équipe, pourrait déboucher sur un sujet diplomatique très délicat. Le futur chancelier, Olaf Scholz, avait proposé, en 2018, que la France partage avec l’Europe le siège de membre permanent qu’elle occupe au Conseil de sécurité de l’ONU. Vifs échanges en perspective entre les deux pays.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/