2 min de lecture Afrique

Ebola : les pays les plus touchés réclament un "plan Marshall" pour leur redressement

La communauté internationale est réunie ce mardi 3 mars à Bruxelles pour tenter de mettre un terme à l'épidémie qui a fait des ravages sur le plan humain avec près de 9.700 morts, et des dégâts financiers conséquents.

Conférence internationale sur Ebola à Bruxelles le 3 mars 2015 en présence de la reine Mathilde de Belgique (en jaune sur l'écran)
Conférence internationale sur Ebola à Bruxelles le 3 mars 2015 en présence de la reine Mathilde de Belgique (en jaune sur l'écran) Crédit : THIERRY CHARLIER / AFP
James Abbott
James Abbott

Le Liberia, la Sierra-Leone et la Guinée sont les trois pays les plus touchés par Ebola, et si le Liberia est sur la bonne voie, la tendance est toutefois repartie à la hausse dans certaines zones côtières de Guinée et de Sierra Leone. Ce mardi 3 mars, lors de la conférence internationale de Bruxelles, les trois pays ont ainsi appelé la communauté internationale à lancer un "plan Marshall" pour aider à leur redressement économique et gagner la guerre contre Ebola.

Car l'épidémie d'Ebola n'est toujours pas endiguée. Après la défaillance des systèmes de santé africains, et la réaction tardive de la communauté internationale, le virus mortel continue de se propager, même si le pic de l'épidémie aurait été atteint à l'automne. Pour preuve de la dangerosité de la maladie, le vice-président de la Sierra-Leone, dont le chef d'état est présent à Bruxelles ce mardi, a été atteint la semaine dernière par le virus qui lui aurait été transmis par son garde du corps. Il a donc été mis en quarantaine.

L'épidémie d'Ebola n'est pas finie

Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne
Partager la citation

Ce virus a fait près de 9.700 morts et il faut "maintenir la mobilisation" selon la Commission européenne. Toutefois, les signes encourageants se multiplient et des premiers bilans humains et financiers ont été réalisés. Depuis le pic de l'épidémie, le nombre de nouveaux cas recensés à été divisé par dix selon l'ONU. Ce mardi, la Corée du Nord, un des pays les plus hermétiques au monde, a également annoncé qu'elle rouvrait ses frontières aux touristes étrangers. Des frontières fermées depuis le 24 octobre par peur d'une propagation du virus.

"L'épidémie n'est pas finie, nous devons encore concentrer tous nos efforts pour vaincre Ebola une bonne fois pour toutes", a souligné à son arrivée au sommet mondial la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

Garantir le versement des aides

À lire aussi
Des Algériens dans les rues d'Alger le 22 septembre 2019 algérie
Algérie : un an après les débuts du Hirak, où en est le pays ?

Cette épidémie s'est également fait ressentir au niveau financier. Une chute de 12% du PIB a ainsi été constatée dans la région. L'un des objectifs du sommet est de garantir les aides économiques accordées aux pays touchés, qui tournent autour de 5 milliards de dollars. La contribution européenne est chiffrée à 1,2 milliard d'euros et la moitié de cet argent aurait déjà été versé.

Selon un rapport de la Banque mondiale publié en décembre 2014, cette épidémie pourrait coûter à l'Afrique de l'Ouest entre 3,2 et 30 milliards de dollars. Ce qui, ajouté aux pertes humaines, nuit au développement des pays de la région et ainsi au retour à une certaine normalité pour les populations.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Afrique Ebola Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants