1 min de lecture Sénégal

Dakar : six ans de prison ferme pour Karim Wade

L'ex-ministre et fils de l'ancien président a été condamné pour enrichissement illicite.

Karim Wade (archives).
Karim Wade (archives). Crédit : GEORGES GOBET / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Karim Wade, candidat à la prochaine présidentielle sénégalaise, fils de l'ancien président Abdoulaye Wade, son ex-ministre et conseiller, a été condamné ce lundi 23 mars à six ans de prison ferme et plus de 210 millions d'euros d'amende pour "enrichissement illicite", le chef d'accusation de corruption n'ayant pas été retenu.

Le président de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI), une juridiction spéciale, n'est pas allé jusqu'à suivre le parquet, qui avait requis le 17 février sept ans de prison ferme, plus de 380 millions d'euros d'amende, une privation de droits civiques et une confiscation de ses biens.

L'annonce du verdict par le président, Henri Grégoire Diop, a été interrompue par les hurlements des dizaines de partisans de Karim Wade présents à l'audience, dont beaucoup ont fondu en larmes, couvrant la fin de la lecture de la décision. Depuis le matin, le palais de justice était placé sous forte surveillance, avec des policiers et gendarmes déployés dans l'enceinte et autour du site.

Absent à l'audience

Karim Wade, 46 ans, en détention préventive depuis avril 2013, principal prévenu de ce procès qui s'est ouvert le 31 juillet 2014, où il comparaissait avec une dizaine de complices présumés, était absent de l'audience. Il pourrait se pourvoir en cassation devant la Cour suprême.

À lire aussi
Le capitaine François Sangiovanni faits divers
Un militaire français décède après un entraînement de boxe

L'ancien chef de l'Etat Abdoulaye Wade, bientôt 89 ans, qui n'a assisté à aucune audience, s'est rendu lundi matin au palais, accueilli par des vivats de militants et sympathisants de sa formation, le Parti démocratique sénégalais (PDS).

Karim Wade était accusé d'avoir illégalement acquis 178 millions d'euros par le biais de montages financiers complexes du temps où il était conseiller puis ministre de son père, ce qu'il nie. Son patrimoine comprend, selon l'accusation, des sociétés au Sénégal et l'étranger, des comptes bancaires, des propriétés immobilières et des voitures.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sénégal Afrique Dakar
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants