1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Crash Air Algérie : le combat pour rapatrier le reste des corps
2 min de lecture

Crash Air Algérie : le combat pour rapatrier le reste des corps

REPLAY / DOCUMENT RTL - Un an après le drame, les familles des victimes se battent pour que les restes humains non identifiés soient enterrés sous une stèle à leur mémoire à Ouagadougou.

Des experts sur le site du crash de l'avion Air Algérie le 29 juillet 2014
Des experts sur le site du crash de l'avion Air Algérie le 29 juillet 2014
Crédit : SIA KAMBOU / AFP
Crash Air Algérie : une proche de victimes "profondément choqués" par l'inhumation au Mali
01:40
Cindy Hubert

Il y a tout juste un an, le 24 juillet 2014, un avion parti de Ouagadougou au Burkina Faso s'est écrasé au Nord du Mali. L'accident du vol AH 5017 d'Air Algérie a fait 116 morts, dont 54 Français, à cause de plusieurs erreurs de pilotage et un problème matériel. La stèle en l'honneur des familles est encore en construction. Quelques briques au milieu des arbres, près de l'aéroport de Ouagadougou. C'est là que se sont retrouvées une partie des familles pour ce premier anniversaire. Certains ont lu des textes, d'autres choisi des musiques africaines, quand d'autres proches vont se retrouver au jardin du Luxembourg à Paris.  

Nathalie Police a perdu son mari et son fils de 18 ans dans le crash. Elle parle pour la première fois sur RTL : "Ce qui est difficile c'est la représentation de la mort, puisque ça se passe très loin, je ne suis jamais allée en Afrique, ça se passe dans les airs. Donc en fait pendant toute cette année j'ai passé des étapes".

c'est quand on a pu récupérer les corps, qu'on s'est rendu compte qu'il ne restait que peu de chose d'eux

Nathalie Police

Désormais, toutes les familles françaises ont pu enterrer leurs proches. Des funérailles indispensables pour commencer le travail de deuil. "Et en même temps, c'est quand on a pu récupérer les corps, qu'on s'est rendu compte qu'il ne restait que peu de chose d'eux."

Une lettre à François Hollande

Le prochain combat des familles : rapatrier à Ouagadougou les restes humains non identifiés, pour pouvoir les enterrer sur le site où sera érigée une stèle en leur mémoire. L'association des familles "Ensemble-AH 5017" demande d'ailleurs à François Hollande de les soutenir, dans une lettre envoyée directement au président de la république. "La majeure partie des restes de nos proches sont des restes non-identifiables", explique Nathalie Police, "et nous avons appris, tout comme l'État français, que ces restes avaient été, de façon très récente, inhumés par les Maliens à Bamako, cela n'a pas de sens pour nous, ce qui nous a profondément choqué. Alors que toutes les victimes ont un lien avec Ouagadougou." 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/