1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coupe du monde 2022 : comment le Qatar en est-il venu à organiser le Mondial ?
2 min de lecture

Coupe du monde 2022 : comment le Qatar en est-il venu à organiser le Mondial ?

ÉCLAIRAGE - L'ancien président de la Fifa Sepp Blatter affirme que, lors d'un déjeuner à l'Élysée fin 2010, Nicolas Sarkozy aurait "conseillé" à Platini de voter pour le Qatar.

Le président de la FIFA, Joseph Blatter, à Zurich le 2 décembre 2010.
Le président de la FIFA, Joseph Blatter, à Zurich le 2 décembre 2010.
Crédit : KARIM JAAFAR / AFP
Thomas Pierre & AFP

Pas encore débuté, ce Mondial 2022 au Qatar est déjà entré dans l'Histoire comme l'un des plus controversés. Dès son attribution surprise le 2 décembre 2010 à Zurich, le Mondial qatari aura fait couler beaucoup d'encre. Depuis, les polémiques se sont succédé : soupçons de corruption, organisation en hiver, droits humains, impact environnemental, s'amplifiant à l'approche du tournoi. 

Le 8 novembre dernier, Sepp Blatter lui-même, président de la Fédération internationale à l'époque du vote, a reconnu que cette attribution au Qatar avait été "une erreur".  "Attribuer le Mondial au Qatar était tout simplement une erreur. Pour moi, le pays était trop petit, il est aussi grand qu'un canton ici en Suisse. Le premier problème qui est ensuite apparu, c'est le climat", a estimé Sepp Blatter.

La Fifa avait décidé d'attribuer les éditions 2018 et 2022 de la Coupe du monde le même jour, le 2 décembre 2010, "pour tenter d'allier la Russie et les États-Unis", candidats à leur organisation, rappelle l'ex-président de l'instance de 1998 à 2015.  À l'origine de ce coup de théâtre, un simple déjeuner à l'Élysée, neuf jours avant le vote, selon Sepp Blatter. 

Un déjeuner à l'Élysée déterminant ?

L'ancien dirigeant affirme en effet que, le 23 novembre 2010, lors d'une rencontre entre l'ex-président français Nicolas Sarkozy et le prince héritier du Qatar Tamim ben Hamad al Thani (qui deviendra émir en 2013) le président français a "conseillé" à Platini de voter pour le Qatar. Une version des faits démentie par Michel Platini: "Le président (Sarkozy) ne m'a jamais demandé de voter pour qui que ce soit, mais j'ai cru comprendre (lors du déjeuner) qu'il soutenait le Qatar", a-t-il relaté devant les enquêteurs français. 

À lire aussi

Après des révélations dans la presse, une enquête préliminaire est en tout cas ouverte, puis une information judiciaire en décembre 2019 pour "corruption active et passive, recel et blanchiment". Les magistrats financiers et l'Office anticorruption (Oclciff) se demandent si "un marché donnant-donnant" a été conclu lors de ce déjeuner permettant au Qatar de remporter le Mondial-2022 en échange notamment d'investissements en France dont le rachat du PSG en grande difficulté financière, selon des documents consultés par l'AFP. 


Claude Guéant, secrétaire général de l'Élysée, et Sophie Dion, conseillère sports de Nicolas Sarkozy, figurent sur le plan de table mais contestent avoir participé au repas. Michel Platini et Sophie Dion ont été entendus en garde à vue en juin 2019 tandis que Claude Guéant a été auditionné comme témoin. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire