2 min de lecture Union européenne

Commission européenne : les candidats hongrois et roumain rejetés

Une commission du Parlement européen a rejeté les candidats hongrois et roumain à la future Commission européenne en raison de soupçons de conflit d'intérêts, ont annoncé plusieurs de ses membres.

Le siège de la Commission européenne à Bruxelles (Belgique)
Le siège de la Commission européenne à Bruxelles (Belgique) Crédit : JOHN THYS / AFP
signature paul turban
Paul Turban et AFP

Le Hongrois László Trócsányi devait prendre en charge le portefeuille "Voisinage et élargissement" et la Roumaine Rovana Plumb celui des Transports. Lors d'un vote dans la matinée, les eurodéputés ont "confirmé que les deux commissaires ne pouvaient pas exercer leur fonction à cause de conflits d'intérêt". Leur processus de nomination est donc bloqué, a annoncé ce lundi 30 septembre Manon Aubry, députée de la Gauche unitaire européenne (GUE) au Parlement européen. 

La commission des Affaires juridiques "a voté que les deux commissaires désignés (roumain et hongrois) ne sont pas en mesure d'exercer leurs fonctions conformément aux Traités et au Code de conduite", a écrit le porte-parole, Jaume Duch, sur Twitter. "Ça a été chaotique, mais les députés ont, à une assez large majorité, fait valoir leur devoir de veiller à l'intérêt général", s'est félicitée Marie Toussaint, députée écologiste française, également membre de cette commission.

Le Parlement européen avait déjà bloqué jeudi 26 septembre la nomination des deux candidats après leur audition par la commission des "Affaires juridiques" du Parlement européen, chargée, selon la procédure de nomination des nouveaux commissaires, d'étudier leur déclaration d'intérêts.

Sylvie Goulard semble particulièrement fragile

Or, à l'issue de cette audition à huis clos, les eurodéputés avaient refusé de leur accorder leur feu vert. Ils doivent exprimer par courrier à la présidente de la prochaine Commission européenne, Ursula von der Leyen, "leur préoccupation" en matière de conflit d'intérêts. Ce coup d'arrêt peut aller jusqu'à remettre en cause la nomination des deux candidats, censés entrer en fonction le 1er novembre.

À lire aussi
Sting en concert en 2019 Brexit
Brexit : "Je ne suis même pas sûr que cela va se produire", dit Sting sur RTL

La remise en cause de ces deux candidats, une sociale-démocrate et un représentant de la droite conservatrice, pourrait conduire ces deux partis à s'attaquer, en rétorsion, à un commissaire affilié aux Libéraux de Renew, le troisième grand groupe politique de l'UE. La Française Sylvie Goulard semble particulièrement fragile, car sous le coup de deux enquêtes dans l'affaire des emplois fictifs des assistants des eurodéputés Modem, qui l'avait contrainte à démissionner du gouvernement français en 2017.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Union européenne Commission européenne Hongrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants