1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Colombie : les hippopotames de Pablo Escobar mettent en péril l'écosystème
2 min de lecture

Colombie : les hippopotames de Pablo Escobar mettent en péril l'écosystème

Une équipe de scientifiques de l’Université de San Diego, en Californie, a révélé que les excréments des hippopotames, dans les lacs colombiens, modifient leur écosystème et nuisent à de nombreuses autres espèces sauvages.

Les hippopotames Jakira et Pepa dans le zoo Santa Fe, à Medellín.
Les hippopotames Jakira et Pepa dans le zoo Santa Fe, à Medellín.
Crédit : JOAQUIN SARMIENTO / AFP
Camille Descroix

C’est en 1993 que le baron de la drogue Pablo Escobar, à la tête du cartel de Medellín, est tombé. À quelques kilomètres de là, les animaux de son zoo personnel ont été déplacés, sauf les hippopotames qui pesaient trop lourds (1.500 kilos en moyenne). Dangereux à déplacer, ils sont donc restés sur place et ont proliféré en masse. 

Aujourd'hui, ces mammifères ont un impact négatif sur l'écosystème des lacs colombiens, selon une étude de l'Université de San Diego, en Californie. En presque 30 ans, ils sont passés de 4 à une population d'environ 80 spécimensrapporte Sciences et Avenir. Le problème ? Ils ont changé la balance des nutriments dans de nombreux lacs, contribuant ainsi à la prolifération d'algues qui nuisent à de nombreuses espèces sauvages.

Pendant deux ans, le biologiste Jonathan Shurin et ses collègues ont comparé la qualité de l'eau, les niveaux d'oxygène, les populations microbiennes des lacs où les hippopotames s'étaient installés, avec ces mêmes éléments dans d'autres lacs où il n'y a pas la présence de ces mammifères.

Ils transportent de la matière organique depuis les écosystèmes terrestres vers les écosystèmes marins

Un hippopotame passe ses nuits sur la terre, à manger de la végétation, et ses jours dans l'eau, essayant de rester au frais et se soulager de temps en temps. C'est ainsi, en déféquant, qu'ils retravaillent les écosystèmes d'eau douce : ils relâchent un excès de nutriments et de matière organique provenant de la terre dans l'eau. Et plus ils sont nombreux, plus ils en rejettent.

Initialement, cette matière organique agit comme un engrais sur les algues et autres bactéries. Mais une croissance excessive peut drainer tout l'oxygène de l'eau ou empêcher la lumière du soleil d'atteindre des couches plus profondes, ce qui peut causer des problèmes à d'autres organismes.

À lire aussi

Les hippopotames d'Escobar créent donc un dysfonctionnement réel sur l'écosystème des lacs colombiens. Pour le moment, il reste difficile de prédire comment cette population de mammifères interagira avec les autres espèces, tout comme il est difficile de dire si le nombre de ces animaux va augmenter exponentiellement.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/