1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Chine : une journaliste condamnée à 7 ans de prison
2 min de lecture

Chine : une journaliste condamnée à 7 ans de prison

Une éminente journaliste chinoise, récompensée par plusieurs prix internationaux, a été condamnée à 7 ans de prison pour divulgation de "secrets d'Etat"

La journaliste chinoise Gao Yu a été condamnée à sept ans de prison pour divulgation de secrets d'Etat
La journaliste chinoise Gao Yu a été condamnée à sept ans de prison pour divulgation de secrets d'Etat
Crédit : MIKE CLARKE / AFP
Yannick Sanchez & AFP

Gao Yu, éminente journaliste chinoise de 71 ans, connue pour sa critique ouverte des dirigeants chinois, vient d'être condamnée à sept ans de prison pour divulgation de "secrets d'Etat". Sa sentence a été annoncée par le tribunal de Pékin rapporte le South China Morning Post. Gao Yu est reconnue coupable "d'avoir transmis des secrets d'Etat à des étrangers", a indiqué la cour qui a prononcé la déchéance de ses "droits politiques" sur son compte officiel de microblogs.

Cette sentence consternante à l'encontre de Gao Yu n'est rien d'autre qu'une persécution politique flagrante

Amnesty International

Shang Baojun, l'un des avocats de la condamnée, s'est dit "très déçu" par le jugement. Juste après l'énoncé du verdict, Gao Yu a exprimé d'une "voix forte" son intention d'interjeter appel, mais on ne lui a pas laissé l'occasion de s'exprimer davantage, a relaté l'avocat. Amnesty International a immédiatement dénoncé un "affront à la justice" et une "attaque contre la liberté de la presse". "Cette sentence consternante à l'encontre de Gao Yu n'est rien d'autre qu'une persécution politique flagrante. Elle est victime d'une loi sur les secrets d'Etat, arbitraire et formulée de façon vague, qui sert à réprimer les militants de la liberté d'expression", a souligné William Nee, expert de la Chine chez Amnesty. 

On reproche plus spécifiquement à cette ancienne rédactrice en chef-adjointe du magazine Economics Weekly d'avoir "illégalement obtenu un document interne du Parti communiste chinois et de l'avoir transmis à un site internet basé aux Etats-Unis". Selon l'organisation Human Rights Watch, le document prônait notamment une répression accrue des idées démocratiques, des tentatives d'indépendance des médias et des critiques du bilan historique du parti communiste chinois. 

Déjà condamnée pour avoir manifesté place Tiananmen en 1989

Gao Yu avait déjà répondu de divulgation de "secrets d'Etat", un chef d'inculpation qui lui avait valu d'être condamnée en 1993 à six ans de prison. Elle en était sortie en février 1999 pour "raisons médicales". La journaliste d'investigation avait également pris part aux manifestations pour la démocratie de Tiananmen en 1989 à l'issue desquels elle avait été incarcérée. Elle est l'une des personnalités les plus connues parmi les dizaines d'intellectuels et de militants interpellés aux alentours du 25e anniversaire de la répression du mouvement démocratique du 4 juin 1989. Elle fut la première lauréate en 1997 du Prix mondial de la liberté de la presse de l'Unesco.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/