1 min de lecture Royaume-Uni

Brexit : "Il n'y aura pas de second référendum", déclare Theresa May

La Première ministre britannique, fragilisée au sein de son parti, a réaffirmé que le projet d'accord conclu avec l'UE était "le meilleur possible" pour son pays.

>
"Les 27 états membres de l'UE sont restés beaucoup plus unis que les membres du gouvernement britannique", constate Nathalie Loiseau sur RTL Crédit Image : Matt Dunham / POOL / AFP | Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date :
Léa Stassinet
Léa Stassinet
et AFP

Theresa May l'assure : elle ira jusqu'au bout et mènera à bien le projet d'accord de Brexit conclu avec l'Union européenne mardi 13 novembre. La Première ministre britannique a estimé ce jeudi 15 novembre, lors d'une conférence de presse, qu'il était "le meilleur possible" pour le Royaume-Uni. Elle a par ailleurs exclu l'organisation d'un second référendum sur le Brexit. "En ce qui me concerne, il n'y aura pas de second référendum", a déclaré la dirigeante britannique. 

"Je crois, avec chaque fibre de mon être, que le chemin que j'ai suivi est le meilleur pour mon pays", a-t-elle indiqué, répétant qu'elle agissait dans l'intérêt national, "pas dans un intérêt partisan et certainement pas dans mon intérêt politique". Theresa May se retrouve en effet dans une position délicate. 

Ce jeudi, elle essuyé la démission de quatre membres de son gouvernement dans la journée et a fait face à une initiative pour organiser un vote de défiance de la part de députés de son Parti conservateur, mécontents en particulier de la manière dont la question de la frontière irlandaise a été réglée. 

La France n'exclut pas l'hypothèse du "No Deal"

Invitée sur RTL, la ministre française chargée des Affaires européennes Nathalie Loiseau a estimé que "durant toute la durée de la négociation menée par Michel Barnier, les 27 états membres de l'UE sont restés beaucoup plus unis que les membres du gouvernement britannique". 

À lire aussi
Vladimir Poutine au G-20 d'Osaka le 29 juin 2019 géopolitique
"L’imprudence" de la Russie pourrait "accidentellement" déclencher un conflit mondial

La crise que traverse le Royaume-Uni pourrait-elle aboutir à une sortie du pays sans accord (le "No Deal", ndlr) ? La France n'a pas exclu cette possibilité. "Notre responsabilité c'est d'être prêt pour tous les scénarios, nous préparons aussi le 'No Deal'", a expliqué Nathalie Loiseau. "En cas d'absence d'accord, nous sommes prêts à rétablir des contrôles douaniers et sanitaires à l'entrée du territoire français", a conclu la ministre. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Royaume-Uni Brexit Theresa May
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants