3 min de lecture Brexit

Brexit : 3 questions pour comprendre la crise politique au Royaume-Uni

ÉCLAIRAGE - Les ministres du Brexit et des Affaires Étrangères, David Davis et Boris Johnson, ont présenté leur démission à Theresa May à quelques heures d'intervalle, lundi 9 juillet.

Boris Johnson, alors ministres des Affaires étrangères, le 12 juin 2018, au 10 Downing Street.
Boris Johnson, alors ministres des Affaires étrangères, le 12 juin 2018, au 10 Downing Street. Crédit : Daniel LEAL-OLIVAS / AFP
Camille Schmitt
Camille Schmitt
Journaliste

Coup dur pour Theresa May. La cheffe du gouvernement britannique présente lundi 9 juillet un accord sur le Brexit, le jour-même de la démission de son ministre en charge du dossier, David Davis, qui a emmené avec lui 3 autres ministres, dont celui des Affaires Étrangères, Boris Johnson. 

Si la Première ministre a remercié "chaleureusement" David Davis, il la laisse avec une crise gouvernementale majeure sur les bras. Elle a déjà nommé à sa place une autre hard-Brexiter, le secrétaire d'État du Logement Dominic Raab. 

Vendredi 6 juillet, le gouvernement britannique était parvenu à un accord sur la ligne à suivre pour mener à bien le Brexit, avec la volonté de maintenir une relation commerciale étroite avec l'Union Européenne. Si la City a salué la nouvelle approche, un peu plus souple, de Londres, c'est en réalité un véritable camouflet politique pour Theresa May.

À lire aussi
Boris Johnson et David Davis quittant le 10, Downing Street, le 13 septembre 2016 Grande-Bretagne
Éric Zemmour : "Les partisans du Brexit sont les dindons de la farce"

Pourquoi David Davis a démissionné ?

Avec sa nomination à la tête du nouveau ministère du Brexit le 13 juillet 2016, David Davis est devenu l'interlocuteur spécial de Bruxelles dans les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne. 

Mais dès le début de la collaboration May-Davis, les échanges ont été tendus. Lui est un europhobe convaincu. Il est le tenant de la ligne "dure" du Brexit : il plaide pour une rupture nette avec l'Union Européenne et préfère passer des accords bilatéraux pour renforcer la position du Royaume-Uni dans le monde. Il est connu comme "Monsieur Non", intransigeant en négociations. En désaccord perpétuel avec sa Première ministre, David Davis avait déjà menacé à plusieurs reprises de démissionner.

Cette fois-ci, les actes ont suivi les paroles. Pour lui, Theresa May n'adopte pas une position assez ferme face à l'Union Européenne. "Au mieux, nous serons dans une position de faiblesse pour négocier" avec Bruxelles, a-t-il écrit dans sa lettre de démission, dans laquelle il n'y est pas allé de main morte à l'égard de la politique de la cheffe du gouvernement. "Il me semble que l'intérêt national nécessite un ministre qui croie avec ferveur à votre position et pas seulement un conscrit réticent", a-t-il poursuivi.

Pourquoi c'est un camouflet pour Theresa May ?

David Davis a emmené avec lui Steve Baker et Suella Braverman, sous-secrétaires d'État britannique chargé du Brexit, qui ont également déposé leur démission quelques heures plus tard. Après cette série de départs, les regards étaient tournés vers Boris Johnson, ministre des Affaires Étrangères, un autre fervent Brexiter. Ce dernier, connu pour ses accrochages avec Theresa May, a à son tour démissionné du gouvernement britannique lundi 9 juillet. 

Le timing ne joue pas en la faveur la Première ministre. Deux jours avant, Theresa May pensait avoir remporté une victoire en obtenant un accord sur une ligne commune à suivre lors de la poursuites des négociations avec l'UE. Accord qu'elle doit maintenant présenter à des députés conservateurs pour la plupart partisans d'un "hard Brexit". 

Ainsi, à 4 jours de la première visite de Donald Trump au Royaume-Uni, et à seulement 9 mois de l'entrée en vigueur du Brexit, la Première ministre montre qu'elle a de plus en plus de mal à tenir son propre gouvernement. David Davis est le sixième ministre à démissionner depuis novembre 2017, et plusieurs députés conservateurs en désaccord avec la ligne adoptée par Theresa May ont déjà salué l'acte du ministre du Brexit. Or depuis qu'elle a perdu sa majorité aux législatives en juin 2017, toutes les voix comptent pour la cheffe du gouvernement si elle veut appliquer sa vision du Brexit

Ce nouveau revers la fragilise davantage face aux 28, qui réclament depuis longtemps une position claire de Londres sur le Brexit.

Qu'est-ce qui va se passer ensuite ?

Le remplaçant de David Davis a déjà été nommé par Theresa May lundi 9 juillet. Il s'agit de Dominic Raab, ministre du Logement. Or celui-ci est aussi un tenant de la ligne dure du Brexit. Avec cette nomination, la Première ministre essaie de rassurer les hard-Brexiters de son gouvernement et les députés conservateurs, mais rien ne dit que les mêmes problèmes ne se poseront pas à nouveau.

Pour plusieurs médias britanniques, la Première ministre se bat désormais pour son poste. En effet, avec le départ de 4 ministres et secrétaires d'État en l'espace d'une journée, son maintien à la tête du gouvernement britannique est remis en cause. Les députés conservateurs pourraient suivre les démissionnaires et décider de renverser la Première ministre. Car il suffit de 48 députés demandant formellement l’organisation d’un vote de confiance pour que le mandat de Theresa May prenne fin.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brexit Royaume-Uni Theresa May
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794042526
Brexit : 3 questions pour comprendre la crise politique au Royaume-Uni
Brexit : 3 questions pour comprendre la crise politique au Royaume-Uni
ÉCLAIRAGE - Les ministres du Brexit et des Affaires Étrangères, David Davis et Boris Johnson, ont présenté leur démission à Theresa May à quelques heures d'intervalle, lundi 9 juillet.
https://www.rtl.fr/actu/international/brexit-3-questions-pour-comprendre-la-crise-politique-au-royaume-uni-7794042526
2018-07-09 15:53:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/zWpF6Fju6244Cny2uAjJbg/330v220-2/online/image/2018/0709/7794045611_boris-johnson-alors-ministres-des-affaires-etrangeres-le-12-juin-2018-au-10-downing-street.jpg