1 min de lecture Environnement

Brésil : Greenpeace dénonce un vaste trafic de bois exotique d'Amazonie vers la France

Ce mercredi 21 mars, c'est la Journée internationale de la forêt. À cette occasion, on découvre que la France importe massivement du bois illégal d'Amazonie, au Brésil. L'organisation Greenpeace a dévoilé l'existence d'un vaste trafic.

ecologie C'est notre Planète Virginie Garin iTunes RSS
>
Brésil : Greenpeace dénonce un vaste trafic de bois exotique d'Amazonie vers la France Crédit Image : AFP / Archives, XAVIER LEOTY | Crédit Média : Virginie Garin | Durée : | Date : La page de l'émission
Virgine Garin
Virginie Garin et Loïc Farge

Vingt-et-une entreprises françaises importent régulièrement du bois coupé illégalement, et donc contribuent à faire disparaître l'Amazonie.

Il s'agit du bois d'ipé, un grand arbre très robuste. Il résiste aux insectes, à l'humidité, au soleil. On en fait en France des terrasses extérieures, des parquets ou des meubles. Au Brésil, couper ces arbres est autorisé mais dans certaines zones précises, où on en replante.

Greenpeace a épluché plus de 500 certificats d'exploitation. L'association a constaté des fraudes. Les volumes de bois déclarés ne correspondent pas aux surfaces. Cela veut dire que des forestiers, en Amazonie, vont le chercher dans la forêt protégée, là où c'est interdit. Ensuite, ils le vendent à de compagnies occidentales.

Les entreprises françaises disent qu'elles ont examiné les permis d'exploitation et qu'ils avaient l'air conformes. Greenpeace, en refaisant le calcul, a facilement découvert que les coupes de ces arbres magnifiques sont parfois dix fois supérieures à ce qu'elle devraient être

L'Amazonie en grand danger

À lire aussi
La forêt de Sénart (illustration) environnement
Il faudrait planter 70 millions d'arbres pour sauver les forêts françaises

Cela fait que la France, après les États-Unis, est le deuxième pays au monde qui importe les plus gros volumes de ce bois illégal et qui contribue à la déforestation en Amazonie. Greenpeace demande au gouvernement de faire le ménage et d'être plus rigoureux dans les contrôles.

Car cette forêt, qui capte le carbone et régule le climat, est déjà en grand danger. L'ancien président brésilien Lula avait réussi à freiner la déforestation, mais elle a repris de plus belle : 20% a déjà été détruit. En vingt ans, l'équivalent de la surface de la France a disparu.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Brésil Greenpeace
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants