1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Bébé palestinien brûlé vif : plusieurs arrestations
2 min de lecture

Bébé palestinien brûlé vif : plusieurs arrestations

L'état israélien a lancé une série d'arrestations et de raids dans les colonies après la mort d'un bébé et de son père palestiniens.

La police israélienne à Douma, en Cisjordanie
La police israélienne à Douma, en Cisjordanie
Crédit : JAAFAR ASHTIYEH / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Israël a lancé une série de raids dans des colonies après la mort d'un bébé palestinien brûlé vif et a placé des figures de l'activisme anti-palestinien en détention sans inculpation.

Sous le feu des critiques d'une partie de l'opposition et de l'étranger qui l'accusent d'accorder une "impunité" aux auteurs d'attaques contre des Palestiniens, le gouvernement de Benjamin Netanyahu a multiplié depuis l'incendie criminel du 31 juillet condamnations, appels à la fermeté et arrestations.

Les autorités ont eu recours dimanche à la mesure exceptionnelle du placement en détention administrative de deux jeunes extrémistes juifs arrêtés en début de semaine, portant à trois le nombre d'activistes juifs soumis à ce régime qui permet la détention d'un suspect sans inculpation et pour une durée de six mois renouvelable.

Plusieurs suspects arrêtés

Parmi ces trois détenus se trouve l'emblématique Meïr Ettinger, figure de l'extrémisme juif et du mouvement des "jeunes des colonies", des jeunes Israéliens en rupture de ban qui s'installent des colonies sauvages, des implantations illégales aux yeux de la communauté internationale mais aussi de la loi israélienne.

À lire aussi

Dimanche, la police a également mobilisé son unité spéciale opérant dans les Territoires occupés et chargée de la lutte contre les crimes racistes. Pour la première fois depuis l'incendie de la maison de la famille Dawabcheh dans le village de Douma, entouré de colonies dans le nord de la Cisjordanie, cette unité a mené des raids dans plusieurs de ces implantations, illégales aux yeux de la communauté internationale. Elle y a "arrêté plusieurs suspects dans le cadre de l'enquête sur les événements de Douma", indique la police, sans donner le nombre exact d'arrestations.

La signature des extrémistes juifs

Lors des précédentes arrestations, les autorités n'avaient pas précisé si les suspects étaient directement impliqués dans l'incendie de Douma, se contentant d'affirmer qu'ils étaient impliqués dans des "attaques terroristes", un qualificatif rarement utilisé par Israël dans le cas d'attaques contre des Palestiniens.

Ces interpellations interviennent au lendemain du décès de Saad Dawabcheh, le père d'Ali, 18 mois, dont la mort brûlé vif dans l'incendie de sa maison recouverte de slogans proclamant en hébreu "Vengeance" et "Prix à payer", la signature des colons et activistes d'extrême droite, avait provoqué une vive émotion parmi les Palestiniens, les Israéliens et à l'étranger. 

Depuis des années, sous le nom le "prix à payer", des extrémistes juifs agressent régulièrement Palestiniens, Arabes israéliens et même soldats israéliens en représailles aux destructions de colonies sauvages et aux décisions qu'ils jugent contraires à leurs intérêts: la colonisation tous azimuts et la destruction de lieux de culte chrétiens et musulmans.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/