1 min de lecture AirAsia

Avion d'AirAsia disparu : l'envoi en temps réel des données est "quasi irréalisable", juge Jean-Paul Troadec

L'ancien directeur du BEA est revenu sur la disparition de l'avion d'AirAsia alors que des débris ont été localisés en mer de Java.

Jean-Paul Troadec, ancien directeur du BEA
Jean-Paul Troadec, ancien directeur du BEA Crédit : MOHD RASFAN / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

48 heures après le crash, les débris de l'avion ont été repérés en mer de Java. Une donnée importante pour la suite de l'enquête et comprendre ce qui s'est passé sur ce vol QZ8501 de la compagnie AirAsia. Jean-Paul Troadec, ancien directeur du Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA) pour la Sécurité de l'Aviation civile a confirmé que les enregistreurs seuls pouvaient permettre de comprendre ce qui s'était passé. "Il faut les récupérer, les lire et les décrypter. Puis après, on va chercher d'autres pièces comme les mémoires électroniques, la question des moteurs ou l'examen des parties mobiles de l'avion". 

Jean-Paul Troadec a aussi réfuté l'utilité d'un système de détection ou d'envoi des données en temps réel. "L'envoi permanent est quasi irréalisable car cela coûte très cher, encombrerait les fréquences radios et il y aurait aussi un problème de confidentialité et de sécurité", a-t-il tranché. Ce mardi 30 décembre, seuls trois corps ont été repêchés en mer.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
AirAsia Crash
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants