5 min de lecture AirAsia

Avion d'AirAsia disparu : ce que l'on sait de la disparition de l'Airbus

INFOGRAPHIES - Un avion de la compagnie AirAsia a disparu moins d'une heure après son décollage de Jakarta dans la matinée du dimanche 28 décembre. À son bord se trouvaient 162 personnes, dont un Français.

La conférence de presse du 28 décembre à Surabaya après la disparition de l'avion de AirAsia.
La conférence de presse du 28 décembre à Surabaya après la disparition de l'avion de AirAsia. Crédit : JUNI KRISWANTO / AFP
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
et Cécile De Sèze

C'est un nouveau drame qui s'est produit ce week-end dans le monde du transport aérien. Un avion de la compagnie AirAsia a disparu moins d'une heure après son décollage de Jakarta dimanche 28 décembre. 

"Jakarta a perdu le contact avec le vol AirAsia entre Surabaya et Singapour à 7h55" heure locale, a indiqué dimanche matin un porte-parole du ministère indonésien des Transports. L'avion transportait 162 passagers, 16 enfants et un nourrisson. Parmi les personnes disparues, un Français, le copilote de l'appareil.

Les recherches ont repris lundi matin

Alors que les recherches pour retrouver l'Airbus A320 ont été suspendues la nuit dernière, elles ont repris ce lundi matin à l'aube. "Nous avons repris à 6 heures (23h00 GMT dimanche) les recherches pour retrouver l'avion d'AirAsia disparu", a déclaré à Tatang Zainuddin, chef adjoint des opérations de l'Agence indonésienne de recherches et de secours (Basarnas).

À la recherche du vol AirAsia QZ8501
À la recherche du vol AirAsia QZ8501 Crédit : gal/abm, A.Leung / AFP

Les recherches reprennent du côté de l'île de Belitung, dans la mer de Java, au large de la côte orientale de Sumatra. "Nous envoyons quatre avions aujourd'hui pour participer à la localisation de l'avion d'AirAsia. Nous espérons pouvoir le trouver bientôt. Il y aura également une assistance de divers services de recherches et de secours", a déclaré Zainuddin. "Nous attendons des navires et des avions de Malaisie et de Singapour", a-t-il précisé.

L'appareil se trouverait "au fond de la mer"

À lire aussi
Les secours récupèrent une partie du fuselage de l'avion (illustration) indonésie
Air Asia : les sauveteurs récupèrent la dernière partie de fuselage de l'avion

Navires, avions de patrouille maritime, hélicoptères... Les moyens sont rassemblés pour sillonner la zone. L'avion se situerait probablement dans le fond de la mer. "Compte tenu des informations en notre possession et de l'évaluation selon laquelle le lieu supposé du crash est dans la mer, l'hypothèse est que l'avion est au fond de la mer. C'est une impression préliminaire qui peut se développer avec les évaluations du résultat des recherches", a déclaré Bambang Soelistyo, le chef de l'agence nationale indonésienne de recherches et secours, lors d'une conférence de presse. 

Peu de temps après le dernier contact de l'équipage, des pêcheurs ont déclaré avoir entendu une forte explosion au large de l'île de Belitung. Une explosion qui pourrait correspondre à l'impact de l'avion en mer.

L'avion a perdu contact 42 minutes après le décollage

Le vol QZ8501 a quitté l'aéroport international Juanda de Surabaya, sur l'île indonésienne de Java, à 5h20 et devait atterrir à l'aéroport Changi de Singapour à 8h30 (0h30 GMT). 

Selon un communiqué de la direction de l'aviation civile de Singapour, le contact a été perdu dans l'espace aérien indonésien, à "200 milles nautiques (environ 350 km) au sud-est de la frontière entre les régions d'information de vol de Jakarta et de Singapour". L'appareil a disparu seulement 42 minutes après son décollage.

Le pilote a demandé à changer de direction

Avant de perdre le contact, le commandant de bord a demandé à dévier du plan de vol initial en changeant d'altitude, 2.000 mètres au-dessus de celle prévue. "L'avion avait demandé à dévier en raison de la météo", a déclaré la compagnie dans un message sur son compte Facebook. L'équipage, dont le copilote français, était "expérimenté", précise la compagnie.

Carte de l'endroit où l'avion d'AirAsia a disparu
Carte de l'endroit où l'avion d'AirAsia a disparu Crédit : abm, js/jm. Cornu / AFP

Un vol dans de mauvaises conditions météorologiques

L'avion aurait en effet voulu éviter des nuages dangereux comme les redoutables cumulonimbus. Mais l'appareil n'a peut-être pas eu le temps d'échapper aux turbulences car les images satellites de la région montrent une large succession d'orages au-dessus de la mer de Java. 

Un équipage expérimenté

Les qualités de l'équipage ne sont elles pas mises en causes. Le commandant de bord est, selon la compagnie, "très expérimenté" avec à son compteur plus de 6,000 heures de vol. Quand à son copilote français, Rémi Emmanuel Plesel, il cumulait 2,275 heures de vol. 

La rédaction vous recommande

Du coup, c'est du côté de la compagnie que les regards vont se tourner. Les conditions de recrutement de la compagnie vont être contrôlées à la loupe par les autorités de Djakarta. La compagnie aérienne est une compagnie low cost, et même si elle bénéficie d'une bonne réputation, elle utilise ses équipages et ses avions de manière intensives. La clé de la rentabilité, au détriment, peut-être, de la sécurité.

Prochaine étape : déterminer les causes de la disparition

Une fois l'avion retrouvé, l'heure sera donc aux explications. Lorsqu'il sera localisé, il faudra tenter de remonter à la surface les pièces essentielles pour l'enquête, en particulier les enregistreurs de vol. Djakarta devrait faire appel aux sociétés spécialisées américaines, britanniques ou françaises et à leurs robots sous-marins. En attendant, des experts du BEA (Bureau d'Enquêtes et d'Analyses pour la Sécurité de l'Aviation civile) et d'Airbus son attendus sur la zone.

Une compagnie en pleine expansion

Créée en 1994 à Kuala Lumpur, la compagnie est confrontée à son premier incident majeur. Sur son site internet, AirAsia professe une "tolérance zéro" en matière de sécurité et vise un objectif "zéro accident" grâce à une "bonne formation, à des pratiques de travail et une gestion des risques appropriées ainsi qu'à une stricte adhésion aux régulations sur la sécurité". 

L'entreprise est considérée comme l'un des pionniers d'une révolution dans le ciel de l'Asie du Sud-est, et a connu une croissance spectaculaire depuis son rachat en 2001 par un homme d'affaires haut en couleur, fréquemment comparé au fondateur britannique du groupe Virgin Richard Branson. Mais depuis la disparition du vol A QZ8501, les actions d'AirAsia étaient en baisse de près de 8% ce lundi à la Bourse de Kuala Lumpur.

Un patron sulfureux

Le patron d'AirAsia, Tony Fernandes, magnat malaisien, a fait en une décennie d'une petite compagnie à bout de souffle un leader du low-cost en Asie, avec pour slogan "Désormais tout le monde peut voler". 

Ancien vice-président de Time Warner pour la région, après avoir travaillé pour Virgin dans les années 1980 selon sa biographie placée sur le site d'AirAsia, Fernandes, 50 ans, est crédité d'une fortune de 530 millions d'euros par le magazine spécialisé Forbes, dont l'édition pour l'Asie l'avait nommé homme d'affaires de l'année en 2010. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
AirAsia Aviation Transports
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants