1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Fusillades à Vienne : trois morts et plusieurs blessés dans l'attaque terroriste
3 min de lecture

Fusillades à Vienne : trois morts et plusieurs blessés dans l'attaque terroriste

Les fusillades survenues lundi soir à Vienne ont fait une deuxième victime, une femme qui a succombé à ses blessures. Un assaillant a par ailleurs été tué par la police et un autre est toujours en fuite selon le ministère de l'Intérieur.

La police autrichienne procède à des contrôles le 2 novembre 2020
La police autrichienne procède à des contrôles le 2 novembre 2020
Crédit : ROLAND SCHLAGER / APA / AFP
Florine Boukhelifa
Journaliste

Le bilan de l'attentat de Vienne s'alourdit. Les fusillades survenues ce lundi 2 novembre au soir à Vienne ont fait une deuxième victime, une femme qui a succombé à ses blessures, a rapporté la chaîne de télévision publique ORF sur son compte Twitter. Un assaillant a par ailleurs été tué par la police, tandis qu'au moins un autre se trouve en fuite, selon le ministère de l'Intérieur. Au total, trois personnes ont donc été tuées. 

Il y a en effet eu deux victimes, plus un assaillant abattu par la police, et plusieurs personnes blessées après des tirs survenus près d'une synagogue de la capitale autrichienne. La police demande à la population de Vienne de s'écarter des lieux publics et des transports en commun. "Une opération majeure est en cours" a-t-elle précisé sur Twitter. Selon les médias locaux, plusieurs personnes auraient été blessées. "Au moins un suspect se trouve en fuite", a déclaré devant la presse le ministre autrichien de l'Intérieur.

À ses côtés, le directeur général de la Sécurité publique, Franz Ruf, a annoncé "un renforcement des contrôles aux frontières" et la mise en place de barrages dans la ville. Le ministère de l'Intérieur autrichien avait auparavant évoqué deux agresseurs et précisé en effet que l'un "serait mort, un autre en fuite". Le maire de la ville a par ailleurs fait état de 15 personnes hospitalisées, dont 7 dans un état grave. Un témoin, interrogé sur une chaîne de télévision autrichienne, a dit avoir vu "courir une personne avec une arme automatique, qui tirait sauvagement".

Six sites différents visés par les assaillants

La police, alors dépêchée sur les lieux a riposté. Un autre témoin de la fusillade fait état "d'au moins 50 coups de feu". "À ce stade, il n'est pas possible de dire si la synagogue était visée", a pour sa part réagi Oskar Deutsch, le président de la Communauté israélite de Vienne (IKG) sur Twitter.

À lire aussi

Plus tard dans la soirée, les autorités ont indiqué que l'attaque a visé six sites différents. Le chancelier autrichien a condamné "une attaque terroriste répugnante". "Nous ne nous laisserons jamais intimider par le terrorisme et nous combattrons ces attaques avec tous nos moyens", a-t-il écrit sur Twitter, disant ses pensées pour "les victimes, les blessés et leurs proches". Il a annoncé l'intervention des forces armées pour permettre à la police de "se concentrer pleinement sur le combat contre le terrorisme". 

Après l'annonce de cette attaque, les réactions se multiplient. Dans un tweet, Emmanuel Macron, au nom de toute la Nation, a assuré partager "le choc et la peine des Autrichiens". Le président français s'est montré ferme face au terrorisme : "Nous ne céderons rien", a-t-il écrit en français et en allemand. L'Élysée a précisé qu'Emmanuel Macron s'était entretenu dans la soirée avec le chancelier autrichien Sebastian Kurz, à qui il a "exprimé sa totale solidarité, son soutien et proposé l'aide de la France si nécessaire. Message semblable du côté de l'Allemagne qui affirme que "nous ne devons pas céder à la haine". 

Charles Michel, président du Conseil européen, s'est également exprimé sur le réseau social et a condamné fermement "un acte lâche qui viole la vie et les valeurs humaines". "L'Europe condamne avec force cet acte lâche qui viole la vie et nos valeurs humaines. Mes pensées vont aux victimes et aux habitants de Vienne après l'horrible attaque de ce soir. Nous sommes aux côtés de l'Autriche", écrit le responsable qui représente les 27 États européens. 

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, s'est également dit "choqué et ému" par ces "attaques", jugeant sur Twitter qu'il s'agissait d'"un acte de lâcheté, de violence et de haine".

La police tchèque a lancé des contrôles à la frontière

La police tchèque a indiqué lundi soir avoir lancé des contrôles à la frontière avec l'Autriche après l'attaque lancée à Vienne par des hommes armés. "La police mène des contrôles des véhicules et des passagers aux postes frontière avec l'Autriche, une mesure préventive à la suite de l'attaque terroriste à Vienne", a indiqué la police tchèque sur Twitter. La police tchèque a ajouté avoir mis en place "une surveillance des principaux sites juifs en République tchèque", une mesure qui "ne prend pas seulement en compte la situation en Autriche".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/