2 min de lecture Auschwitz

Auschwitz : arrestations de trois gardiens présumés du camp de concentration

Trois hommes âgés de 88, 92 et 94 ans ont été arrêtés dans l'ouest de l'Allemagne. Ils sont suspectés d'être des anciens gardes SS à Auschwitz.

Le camp d'Auschwitz-Birkenau, le 27 janvier 2014. (archives)
Le camp d'Auschwitz-Birkenau, le 27 janvier 2014. (archives) Crédit : JANEK SKARZYNSKI / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Trois hommes ont été arrêtés et plusieurs perquisitions ont été menées dans le cadre d'un opération contre d'anciens gardes présumés du camp de concentration d'Auschwitz pendant la Seconde Guerre mondiale.

Dans l'Etat régional du Bade-Wurtemberg (sud-ouest), trois hommes âgés de 88, 92 et 94 ans ont été arrêtés et présentés à un juge qui a décidé, après une visite médicale, qu'ils seraient détenus dans un hôpital carcéral. Leurs domiciles, ainsi que ceux de cinq autres hommes, âgés de 88 à 94 ans, ont été perquisitionnés en Bade-Wurtemberg et dans le Land de Hesse (centre), ont indiqué les parquets et les polices criminelles des deux Etats, dans des communiqués séparés. Les huit hommes "sont soupçonnés d'être impliqués dans la mort de personnes déportées ou détenues dans le camp d'Auschwitz", en Pologne, alors occupée par les troupes hitlériennes, explique le communiqué.

Ils seraient tous d'anciens membres de la SS, la force armée du Troisième Reich particulièrement chargée de la mise en oeuvre de l'extermination de juifs en Europe. Lors des perquisitions, qui se sont toutes déroulées mercredi, "des documents écrits et des photographies ont été saisis, mais ils doivent encore être étudiés par les enquêteurs", ont souligné les autorités judiciaires de Hesse dans leur communiqué.

De 88 à 94 ans

Seul un des huits suspects s'est exprimé sur les faits qui lui sont reprochés. Cet homme de 88 ans, vivant dans le Bade-Wurtemberg, a reconnu avoir été à Auschwitz, mais il a démenti toute participation active aux crimes perpétrés sur place. Une défense qui risque de ne pas suffire, au vu de l'attitude récente de la justice allemande sur ces dossiers. Dans l'après-guerre, seuls les accusés contre lesquels des preuves directes ou des témoignages les impliquant dans les crimes nazis, menaient à des poursuites et à des condamnations contre les exécutants.

À lire aussi
Le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, le 5 décembre 2019 Auschwitz
Pologne : le musée d'Auschwitz demande à Amazon de retirer de la vente des livres nazis

Mais depuis la condamnation de l'apatride d'origine ukrainienne John Demjanjuk à Munich en mai 2011, les tribunaux allemands ont élargi la qualification de complicité de meurtre à des personnes ayant des postes même subalternes et sans implication directe. En septembre dernier, l'Office central d'enquête sur les crimes du national-socialisme, basé à Ludwigsburg (ouest), avait annoncé le transfert du dossier de 30 gardes présumés d'Auschwitz aux parquets régionaux, à charge pour eux de mener les enquêtes contre les suspects de leur zone.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Auschwitz Info International
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants