1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Attentats à Bruxelles : "Nous ne céderons pas à la barbarie", martèle Charles Michel
1 min de lecture

Attentats à Bruxelles : "Nous ne céderons pas à la barbarie", martèle Charles Michel

Le premier ministre belge n'entend pas plier face à la menace terroriste. Il a refusé la démission de deux ministres.

Le président du Conseil européen Charles Michel.
Le président du Conseil européen Charles Michel.
Crédit : Sipa
Nicolas Bamba

Ce jeudi 24 mars, au troisième jour de deuil national après les explosions meurtrières du 22 mars à Bruxelles, Charles Michel a pris la parole lors d'une cérémonie, sur la place de la Nation, en hommage aux victimes de ces attentats. Le dernier bilan provisoire des attaques kamikazes de l'aéroport de Zaventem et de la station métro Maelbeek est de 31 morts et 300 blessés. Ému, le chef du gouvernement a déclaré, face aux parlementaires : "Notre pays et notre population ont été frappés en plein cœur. C'est un acte abominable, cruel, lâche".

"Les cris de détresse, les cris de douleur, les hurlements de sirènes, les images apocalyptiques resteront à jamais à tout jamais gravés en chacun de nous comme à Paris, Bamako, Tunis, Ankara, au musée juif de Bruxelles. La violence aveugle, bête et méchante a frappé. Nous voulons saluer la dignité du peuple belge avec solidarité, avec courage, avec esprit d'unité", a ajouté Charles Michel.

"Toute personne liée directement ou indirectement à ces attentats sera punie"

Charles Michel, Premier ministre belge

Mercredi soir, Jan Jambon et Koen Geens, respectivement ministres de l'Intérieur et de la Justice, ont proposé leur démission, selon une information révélée ce jeudi par la chaîne de télévision belge VTM, en raison de possibles erreurs dans l'enquête contre le terrorisme en Belgique. Ces démissions ont été refusées par Charles Michel. Le Premier ministre estime que le contexte actuel ne permet pas une telle décision. Les autorités sont toujours à la recherche d'un complice des kamikazes de l'aéroport et d'autres individus potentiellement liés aux attentats.

Charles Michel a rappelé que "l'enquête est en cours" et qu'"il ne peut pas être question d'impunité" pour les terroristes. "Toute personne liée directement ou indirectement à ces attentats sera punie. Le gouvernement avec les autorités compétentes veut faire toute la clarté tant sur ces attaques que sur l’ensemble des événements. Il ne pourra pas y avoir de zones d’ombres", a-t-il martelé.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/