1 min de lecture Environnement

Arctique : des microplastiques retrouvés jusque dans la banquise

Le plastique se cache partout, y compris dans les endroits les plus sauvages de la planète. Des chercheurs allemands ont trouvé des microparticules de plastique au pôle Nord.

C'est notre plane`te - C'est notre Planète Virginie Garin iTunes RSS
>
Arctique : des microplastiques retrouvés jusque dans la banquise Crédit Image : AFP / Archives, PAUL J. RICHARDS | Crédit Média : Virginie Garin | Durée : | Date : La page de l'émission
Virgine Garin
Virginie Garin et Loïc Farge

RTL est partenaire du magazine L'Obs', qui publie ce jeudi 24 mai une enquête sur ce fléau moderne : la pollution aux microplastiques. Des chercheurs allemands en ont retrouvé dans la banquise. En plein cœur de l'Arctique, en analysant de la glace, ils ont découvert jusqu'à 12.000 microparticules de plastique par litre d'eau. Des poussières qui vont être relâchées dans la mer quand la glace va fondre cet été. Ces particules se retrouvent dans l'estomac des animaux marins.

Du pastique, on savait qu'il y en avait un peu parfois en Arctique. Mais dans une telle concentration, c'est surprenant. Le niveau est deux à trois fois supérieur par rapport aux précédentes recherches.
Les chercheurs allemands ont détecté dix-sept sortes de plastiques sur la banquise. Ils proviennent de bouteilles, de sacs, d'emballages, des filtres de cigarette ou de certaines peintures. Ces déchets sont emportés par les courants dans une région du monde qui semblait encore vierge.

Les poissons, premiers impactés

Neuf millions de tonnes de plastique sont déversées dans les océans chaque année. Imaginez l'équivalent d'un camion benne et déchargé chaque minute. Une étude a récemment montré qu'à ce rythme, il y aura plus de plastique en volume que de poissons dans l'océan d'ici à 2050.

D'où l'importance de réduire nos déchets de pastiques à la source. Ou en tout cas de les récupérer et de le recycler, car il y a ces microparticules que mangent les poissons.

À lire aussi
Une rue près de la tour Eiffel à Paris, déserte pendant le confinement environnement
Coronavirus et confinement : "Une trêve passagère pour le climat," dit un médecin

Mais il y a aussi les gros morceaux de plastique, des sacs entiers qui se retrouvent dans l'estomac des grands mammifères marins. Le mois dernier en Espagne, un cachalot a été retrouvé mort sur une plage. Son autopsie a révélé qu'il était mort d'une inflammation des intestins. Dans son ventre, les scientifiques ont découvert 29 kilos de pastique : des sacs, de morceaux de filets de pêche et un jerrycan d'essence.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Pollution Déchets
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants