2 min de lecture Environnement

Antarctique : 1,5 million de manchots Adélie découverts par des chercheurs

Des scientifiques ont découvert une colonie de 1,5 million de manchots Adélie, grâce à l'analyse d'images satellite d'un petit archipel de l'Antarctique.

Des manchots Adélie sur l'Antarctique, le 22 janvier 2015 (illustration)
Des manchots Adélie sur l'Antarctique, le 22 janvier 2015 (illustration) Crédit : Natacha Pisarenko/AP/SIPA
Eleanor Douet
Eléanor Douet
et AFP

Des chercheurs ont découvert une supercolonie composée de plus de 1,5 millions de manchots Adélie, isolés par les glaces de l'Antarctique. À l'origine de cette découverte publiée vendredi 2 mars dans la revue Scientific Reports, l'analyse d'images satellite de ce petit archipel de la mer de Weddell, raconte à l'AFP Heather Lynch, de l'université américaine de Stony Brook.

Les scientifiques savaient que des manchots Adélie, avec leur ventre blanc, leur tête noire et leurs yeux cerclés de blanc, étaient installés sur au moins un des neufs îlots rocailleux, où un recensement en 1996-1997 avait évalué les nids entre 285.000 et 305.000.

Mais les images satellites du programme Landsat d'observation de la Terre de la Nasa ont révélé la présence de guano sur d'autres îles de l'archipel et les algorithmes étaient formels : les manchots y sont bien plus nombreux.

>
Antarctique: découverte de 1,5 million de manchots Adélie Durée : |

"Au début, j'ai pensé que c'était une erreur", explique Heather Lynch. "Mais quand nous avons mis la main sur des images satellites commerciales haute résolution, nous avons su que c'était une découverte majeure".

À lire aussi
Cyril Grimal, directeur adjoint du port de Cavalaire-sur-Mer, où sont testés les boudins de cheveux. écologie
Var : des boudins de cheveux pour prévenir de la pollution maritime

Profitant d'une rare ouverture dans les glaces qui emprisonnent presque toute l'année cette zone hostile très rarement visitée, une expédition internationale se rend sur place en décembre 2015 pour confirmer de visu la découverte.

À l'aide de drones, de photographies et de comptage manuel des nids et des oiseaux hauts de 70 centimètres, les chercheurs réalisent enfin un recensement complet : 751.527 couples de manchots Adélie, soit "plus que dans tout le reste de la péninsule antarctique", cette région la plus au nord du continent, note l'étude. Les îlots abritent ainsi la 3e et 4e colonie la plus importante au monde

Ils ont toujours été là

Tom Hart, chercheur au département de zoologie d'Oxford
Partager la citation

Fort de leur recensement, les scientifiques ont en effet remonté le temps, analysant notamment des images aériennes en noir et blanc datant de 1957. "Ils ont toujours été là", indique dans un communiqué Tom Hart, chercheur au département de zoologie d'Oxford. Mais cachés derrière la banquise, sur un archipel dont l'îlot le plus accessible ne voit accoster en moyenne qu'un bateau par an.

Désormais, les chercheurs ont à cœur de voir ces colonies protégées dans un sanctuaire marin. Une protection d'autant plus nécessaire pour les manchots des Dangers Islands, dans l'est de la péninsule antarctique, que certaines colonies de la même espèce sont en déclin à moins de 200 kilomètres de là, à l'ouest de la péninsule touchée par la fonte des glaces attribuée au changement climatique. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Animaux Climat
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants