1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Allemagne : à 96 ans, une ex-secrétaire d'un camp de concentration nazi prend "la fuite" avant son procès
1 min de lecture

Allemagne : à 96 ans, une ex-secrétaire d'un camp de concentration nazi prend "la fuite" avant son procès

Âgée de 18 ans à l'époque des faits, la nonagénaire Irmgard Furchner travaillait, entre juin 1943 et avril 1945, comme secrétaire du commandant du camp de Stutthof. Son procès devait débuter ce jeudi. Elle a été retrouvée quelques heures après s'être enfuie.

Le siège vide de l'accusée, dans la salle d'audience d'Itzehoe, dans le nord de l'Allemagne, le 30 septembre 2021.
Le siège vide de l'accusée, dans la salle d'audience d'Itzehoe, dans le nord de l'Allemagne, le 30 septembre 2021.
Crédit : Markus Schreiber / POOL / AFP
Allemagne : à 96 ans, une ex-secrétaire d'un camp de concentration nazi jugée
00:50
Thomas Pierre & Léo Potier

Une ancienne secrétaire d'un camp de concentration, âgée de 96 ans, qui avait pris la fuite avant l'ouverture de son procès ce jeudi a été "retrouvée" quelques heures après. "Je peux dire que l'accusée a été retrouvée (...) Un médecin va établir sa capacité à être placée en détention et la Cour déterminera si le mandat d'arrêt peut être exécuté ou si elle est épargnée", a-t-elle précisé lors d'un point-presse. L'accusée doit être jugée pour complicité de meurtre dans plus de 10.000 cas.

Elle avait quitté son foyer (pour personnes âgées) ce matin avant de prendre un taxi, a précisé une porte-parole. Son avocat, Wolf Molkentin, était en revanche présent dans le prétoire mais n'avait fait aucune déclaration aux journalistes.

Âgée à l'époque des faits de 18 à 19 ans, la nonagénaire Irmgard Furchner, qui vit dans une résidence pour personnes âgées près de Hambourg, travaillait comme sténodactylo et secrétaire du commandant du camp, Paul Werner Hoppe, entre juin 1943 et avril 1945. Ce sont ces deux années qui lui valent d’être poursuivie pour complicité de meurtre. Trente survivants de Stutthof sont en effet très curieux d’entendre les souvenirs d’Irmgard. 

La vieille dame dit ne rien avoir su de l’activité du camp. Son avocat entend bien démontrer que l’activité de secrétaire ne peut être considérée comme une participation directe à l’assassinat de plus de 10. 000 personnes. Interrogé par la télévision allemande, Wolf Molkentin détaille son point de vue. "On exige beaucoup de choses à ma cliente, une personne âgée, qui approche la fin de sa vie. Mais ça peut être une chance de se confronter au passé". Le procès doit durer jusqu’au mois de juin. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/